Embraer et le Portugal négocient le premier contrat sur l’A-29 normé OTAN.

Le nombre exact d’avions n’est pas encore très clair mais on sait qu’ils prendront le relais des Dassault-Breguet / Dornier Alpha Jet A retirés du service il y a six ans et demi. La Força Aérea Portuguesa et l’avionneur brésilien Embraer sont entrés dans des pourparlers visant à l’acquisition d’avions d’appuis aériens tactiques et d’entraînement avancés A-29 Super Tucano. L’intérêt premier de ce contrat est qu’il débloquera le compteur de l’A-29N conçu afin de répondre aux normes de l’alliance Atlantique. L’avionneur sud-américain entend percer dans d’autres pays européens.

En fait depuis janvier 2018 et le retrait du service de ses Alpha Jet A rachetés de seconde main en 1993 auprès de la Luftwaffe la Força Aérea Portuguesa avait un trou béant dans son arsenal aérien. Celui des missions d’entraînement avancé et d’appui aérien tactique. Un double rôle initié dans les années 1970 avec les Fiat G.91R / G.91T Gina d’origine italienne particulièrement appréciés des pilotes lusitaniens. Depuis six ans et demi les généraux portugais recherchaient l’avion idoine. Déjà entre fin 2019 et début 2020 des touches avaient eu lieu avec l’Embraer A-29B Super Tucano mais sans que celles ci n’aboutissent. La crise pandémique du Covid-19 était passée par là. Quatre ans plus tard le sort est conjuré.

Si donc le nombre exact d’avions qui seront commandés est inconnu l’issu des négociations sera bien celle espérée par les deux parties. Embraer signera son premier contrat A-29N et la Força Aérea Portuguesa pourra réactiver son Esquadra 103 Caracóis, aussi appelé Esquadra de Instrução Complementar de Pilotagem em Aviões de Combate. C’est en tous cas ce qu’à annoncé officiellement Nuno Melo, actuel ministre portugais de la défense. Ce sont ses équipes qui mènent les pourparlers avec Embraer. L’intérêt premier de l’A-29N est de conjuguer une cellule éprouvée pour l’entraînement intermédiaire et avancé avec une technologie de dernier cri permettant l’emport et le tir d’un grosse partie de l’arsenal des pays de l’OTAN. Les Portugais négocient également que les futurs avions soient en partie assemblés localement par l’avionneur national OGMA.

Rappelons que le Portugal évolue toujours sur De Havilland Canada DHC-1 Chipmunk et sur Socata TB.30 Epsilon dans le cadre de son cursus de formation de pilotes. Par rapport à ces deux machines l’Embraer A-29N Super Tucano va représenter un véritable bond en avant. Certains diraient même un gouffre à franchir !

Illustration © Embraer


En savoir plus sur avionslegendaires.net

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

PARTAGER
ARTICLE ÉDITÉ PAR
Picture of Arnaud
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.
articles sur les mêmes thématiques
Commentaires

2 Responses

  1. Je me demandais du coup ils vont remplir plus ou moins les mêmes fonctions que les Pilatus PC21 en France ? Mais sont-ils aussi perfectionnés pour l’entraînement ? Car je crois que les Portugais s’acheminent vers le F-35A, non ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sondage

Lequel de ces avions symbolise le mieux pour vous le 90ème anniversaire de l'Armée de l'Air et de l'Espace ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...
Dernier appareil publié