FICHE DESCRIPTIVE

Appareil : Douglas EA-3 / RA-3 Skywarrior
Constructeur : Douglas Aircraft Company
Désignation : EA-3
Nom / Surnom :
Code allié / OTAN :
Variante : RA-3, ERA-3, A3D-2Q, A3D-2P
Mise en service : 1958
Pays d'origine : Etats-Unis
Catégorie : Avions de reconnaissance
Rôle et missions : Avion de guerre électronique, reconnaissance photo, reconnaissance électronique, entraînement à la guerre électronique

HISTOIRE

Douglas EA-3 / RA-3 Skywarrior :
La baleine électronique”

Ce qui frappe quand on s’intéresse un minimum à l’aviation militaire de la guerre froide c’est la place prise par la recherche du renseignement aéroporté. Que ce dernier soit électronique ou photographique celle-ci est gigantesque. Presque plus encore que la course à l’armement à nucléaire c’est vraiment elle qui symbolise au mieux la guerre froide, ou tout du moins dans son aspect aérien. Américains comme Soviétiques, mais aussi leurs alliés respectifs, développèrent des programmes tous plus différents les uns que les autres. Aux États-Unis certains était hyper novateurs quand d’autres n’étaient que des adaptations d’avions existant déjà. Pour autant ces derniers étaient souvent de bons avions, adaptés à leurs missions. L’un des exemples les plus frappant le Douglas EA-3 Skywarrior et sa version de reconnaissance photographique RA-3.

Début 1957 l’US Navy lança un programme visant à doter ses porte-avions d’une capacité accrue de reconnaissance préstratégique afin de permettre un remplacement rapide des trente North American AJ-2P Savage en sa dotation. Ces avions étaient dérivés du bombardier nucléaire embarqué à propulsion mixte éponyme mais n’avaient jamais vraiment démontrés de capacités. Ne souhaitant cependant pas s’engager sur un programme trop coûteux en recherches et développements la marine américaine chargea Douglas d’étudier une version dérivée de son bombardier embarqué A3D Skywarrior.
Pour cela un A3D-1 fut modifié en YAD-1P, prototype de la version de reconnaissance photographique. L’avion ne vola jamais, n’étant là que pour servir aux essais statiques et à la validation d’une telle version du Skywarrior.

Finalement trente avions furent commandés sous la désignation Douglas A3D-2P Skywarrior dont le premier exemplaire vola le 22 juillet 1958. Sur cette version la soute à bombe laissait partiellement la place à une cabine pressurisée permettant l’accueil de deux membres d’équipage supplémentaires, spécialistes dans les questions de reconnaissance. Le reste de l’emplacement était pris par huit appareils photos de différentes focales, allant de 152 à 908 millimètres. La partie arrière de l’avion accueillait des fusées éclairantes, permettant ainsi les opérations de reconnaissance nocturne. C’est l’escadrille VAP-61 World Recorders qui les mit en œuvre à partir de Noël 1958 suivi quelques mois plus tard de l’escadrille VAP-62 Tigers.
Chaque porte-avions américains alignait alors entre un et deux Douglas A3D-2P Skywarrior.

Devant le succès du programme l’US Navy décida d’en faire autant autour des missions dites de guerre électronique, et ce au travers de deux axes principaux : le brouillage des émissions ennemies et la reconnaissance électronique. À cette époque ces missions étaient réalisées par deux modèles différents d’avions : le monomoteur à pistons Douglas AD-4Q Skyraider et le biréacteur Douglas F3D-2Q White Whale. Là encore l’A3D Skywarrior semblait une plateforme idéale pour de telles missions d’autant que l’A3D-2P avait démontré la possibilité d’intégrer une cabine pressurisée en lieu et place de la soute à armement.
Ainsi naquit le Douglas A3D-2Q Skywarrior.

La cabine de l’A3D-2Q Skywarrior était là aussi installée dans la soute à bombes et là aussi pressurisée. À la différence de celle de l’A3D-2P elle accueillait quatre opérateurs disposant de consoles de travails installés le long de la paroi intérieur gauche de l’avion. L’équipement premier de ces avions était le radar à balayage latéral AN/ALR-40 installé dans une nacelle ventrale. Les contre-mesures électroniques du système AN/ALQ-86 étaient quant à elles insérées dans des réceptacles le long du fuselage, juste à l’avant de l’empennage.
En outre chaque A3D-2Q Skywarrior disposait d’un perche de ravitaillement en vol installée le long du fuselage, sur le côté gauche. C’est dans cette configuration que le premier des vingt-cinq exemplaires construits vola le 10 décembre 1958.
Les premiers exemplaires de série furent acceptés par l’escadrille VQ-1 World Watchers au printemps 1959, suivis quelques semaines plus tard de l’escadrille VQ-2 Sandemen. À l’instar des versions de reconnaissance au moins un voire deux Skywarrior de guerre électronique servaient à cette époque à bord de chaque porte-avions américain.

En septembre 1962 l’US Navy réaligna ses désignations sur celles de l’US Air Force. À cette occasion les Douglas A3D-2P / A3D-2Q Skywarrior devinrent respectivement des RA-3B et EA-3B. Le patronyme ne changea pas.
Quelques jours plus tard des avions de l’escadrille VQ-2 Sandemen furent déployés en urgence en Floride afin de réaliser des vols de surveillance électronique au-dessus de Cuba. Des Lockheed EC-121M Warning Star accompagnaient parfois les EA-3B Skywarrior. C’était alors la crise des missiles !

Pour autant le principal fait d’arme des Douglas EA-3B / RA-3B Skywarrior fut la guerre du Vietnam. Si les appareils de la version de guerre électronique conservèrent leur livrée traditionnelle d’appareil embarqués ceux de la version de reconnaissance photo se virent parfois repeints. Certains l’étaient même en un camouflage type tropical mais la majorité étaient en deux tons de noirs.
Le 25 août 1967 un Douglas RA-3B de la VAP-62 Tigers fut perdu en missions, les quatre militaires se trouvant à bord étant déclarés morts au combat. Selon toutes vraisemblances leur biréacteur a été abattu par un chasseur Mikoyan-Gurevitch MiG-17 Fresco nord-vietnamien. Quelques mois plus tard, le 20 août 1968 c’est un avion du VAP-61 World Recorders qui subit le même sort, de la part cette fois de la DCA. Deux des trois membres d’équipages furent récupérés sains et saufs par l’US Navy après une lourde mission de sauvetage au combat. Le troisième membre fut considéré comme perdu au combat. En mission nocturne les RA-3B volaient avec un équipage réduit à trois membres.
Si les EA-3B Skywarrior de l’escadrille VQ-1 World Watchers participèrent activement au conflit, notamment depuis la base de NAF Da Nang ceux de la VQ-2 Sandemen opéraient plutôt dans le bassin méditerranéen et en Europe occidentale.
Le 8 juin 1967 un de ces avions fut catapulté du pont de l’USS America en compagnie de chasseurs McDonnell F-4B Phantom II et d’avions d’attaque Douglas A-4D Skyhawk en direction de l’USS Liberty. Ce navire militaire américain venait d’être attaqué par l’aviation israélienne. La mission de l’équipage du Skywarrior était de brouiller une éventuelle nouvelle vague de frappe en provenance de l’état hébreu.

Les Douglas RA-3B Skywarrior demeurèrent en service actif jusqu’en mai 1974. En fait depuis octobre 1969 et la dissolution de la VAP-62 Tigers tous les avions volaient au sein de l’escadrille VAP-61 World Recorders. Ils ne furent pas remplacés et leurs missions furent reprises par les McDonnell RF-4B Phantom II de l’US Marines Corps.
Pour autant quatre avions furent renvoyés en ateliers chez Douglas pour être transformés en ERA-3B Skywarrior. Ceux ci étaient en fait des avions d’entraînement à la guerre électronique destinés à soutenir l’action des Boeing EB-47E Silver King en service au sein du Fleet Electronic Warfare Support Group. Les Douglas ERA-3B étaient tellement efficace qu’en juillet 1976 quatre autres RA-3B furent enlevés de leur stockage longue durée à Davis Monthan AFB et modifiés de la sorte.
Destinés à simuler des attaques électroniques de grande ampleur contre les navires et installations de l’US Navy ils demeurèrent en service jusqu’en juin 1989. Ils y furent remplacés par des Grumman EA-6B Prowler plus conventionnels.

De leur côté les Douglas EA-3B Skywarrior demeurèrent en service actif encore quinze ans après les RA-3B. Considérés comme les versions les plus évoluées de la fameuse «baleine» ces avions furent notamment employés lors de l’invasion de l’île de la Grenade en octobre 1983. Deux avions appartenant à la VQ-1 World Watchers reçurent l’ordre de brouiller les communications des troupes cubaines et des mercenaires présents sur place.
À partir de Noël 1989 tous les EA-3B encore en état de vol furent déployés au sein de la VQ-2 Sandemen. C’est avec elle qu’ils connurent leur dernier engagement : la guerre du Golfe !
Alors que l’US Air Force emploie des avions aussi modernes que les Lockheed F-117A Night Hawk ou les McDonnell-Douglas F-15E Strike Eagle l’US Navy fait une dernière fois appel à ses précieux Skywarrior de guerre électronique. Lorsque la guerre prendra fin début 1991 ces vénérables avions auront réalisé plus de missions de contre-mesures que les General-Dynamics / Grumman EF-111A Raven sensés être bien plus modernes.
Quand enfin en septembre 1991 ils sont remplacés par deux modèles d’avions très différents : les Grumman EA-6B Prowler et les Lockheed EP-3E Aries. L’US Navy devra attendre deux ans encore, et l’année 1993, pour voir arriver un avion réellement digne de succéder à l’EA-3B Skywarrior : le Lockheed ES-3A Shadow.

Acteurs de l’ombres, construits au total à seulement cinquante-cinq exemplaires les Douglas EA-3/RA-3 Skywarrior furent essentiels à l’effort de guerre de l’US Navy face aux forces marxistes. Accompagnant, ou parfois précédant, les vagues d’avions d’attaque et de chasseurs-bombardiers ils étaient leurs anges gardiens autant que leurs yeux.
Encore aujourd’hui les EA-3B Skywarrior sont encore fréquemment confondus avec les EKA-3B Skywarrior de guerre électronique et de ravitaillement en vol. Quatre EA-3B sont actuellement préservés aux États-Unis, dont un à l’US Naval Air Museum de NAS Pensacola en Floride. Il s’agit du dernier Skywarrior à avoir volé en opérations.

 

Publicité

PHOTOS

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES

Modèle : Douglas EA-3B Skywarrior
Envergure : 22.10 m
Longueur : 23.27 m
Hauteur : 6.95 m
Motorisation : 2 turboréacteurs Pratt & Whitney J57-P-10
Puissance totale : 2 x 5625 kgp. sans post combustion
Armement : aucun
Charge utile :
Poids en charge : 31750 kg
Vitesse max. : 975 km/h à 3000 m
Plafond pratique : 12500 m
Distance max. : 4250 Km avec ravitaillement en vol
Equipage : 6
[...] Passez dans le comparateur...

PLAN 3 VUES

Plan 3 vues du Douglas EA-3 / RA-3 Skywarrior

PROFIL COULEUR

Profil couleur du Douglas EA-3 / RA-3 Skywarrior

VIDÉO

Actuellement aucune vidéo n'est disponible dans nos bases de données