Sortant de leur confinement, les Snowbirds ont réalisé une tournée pan-canadienne dans le cadre de l’Opération Inspiration visant à saluer le courage des Canadiens luttant contre la pandémie du COVID-19. Amorcée en Nouvelle-Écosse le 3 mai, cette traversée du pays s’est terminée tragiquement avec l’écrasement d’un avion qui a coûté la vie à la capitaine Jennifer Casey, responsable des affaires publiques des Snowbirds.

Le capitaine Richard MacDougall, qui pilotait l’avion, est parvenu à stabiliser l’appareil CT-114 Tutor le temps de s’éjecter quelques secondes avant que celui-ci ne s’écrase. Il s’en est tiré, mais avec de graves blessures. Sa passagère a eu moins de chance. Le bilan aurait pu être encore plus dramatique, puisque l’avion s’est écrasé dans un quartier résidentiel. Seule une maison n’a été que partiellement touchée, sans faire de blessés civils heureusement. Sur les images de l’accident captées par des amateurs, on voit clairement une perte de puissance subite du moteur de l’avion, soit causé par un péril aviaire ou une panne mécanique.

Les enquêteurs militaires dépêchés sur les lieux sont à pied d’œuvre pour élucider les causes de l’écrasement. Rappelons que l’automne dernier, le capitaine Kevin Domon-Grenier avait dû s’éjecter suite à une panne de moteur lors d’un spectacle des Snowbirds à Atlanta. Les conclusions de l’enquête sur cet accident ne sont pas encore connues. Entre-temps la flotte de CT-114 Tutor est clouée au sol jusqu’à nouvel ordre. Depuis 1972, neuf membres des Snowbirds ont trouvé la mort dans l’exercice de leurs fonctions. La dernière fois remonte à 2008, lorsque le capitaine Bryan Mitchell et le sergent Charles Senecal, ont perdu la vie à Moose Jaw, en Saskatchewan.

Ce dernier accident des Snowbirds ne remet nullement en question l’existence de cette équipe bien aimée des Canadiens. Toutefois, la question du choix des successeurs aux vénérables Canadair CT-144 Tutor est relancée.

Comme quoi un drame n’arrive jamais seul, les Forces armées canadiennes déplorent également les décès des six membres d’équipage d’un hélicoptère CH-148 Sikorsky Cyclone qui s’est abîmé en mer Ionienne au cours d’un exercice de l’OTAN à la fin avril. L’enquête se poursuit également de ce côté.

Publicité

4 COMMENTAIRES

  1. « Le temps de s’éjecter » Y a t’il des sièges éjectables sur ce type d’appareil ? Cela n’apparaît pas de manière évidente sur la photo d’accompagnement. Si ce n’est pas le cas « sauter » aurait été plus exact.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom