Nos lecteurs et lectrices les plus assidus le savent bien : la question de la création d’une aviation de chasse en Irlande est plus que compliquée. Sauf qu’en ce tout début d’été 2020 le gouvernement de Dublin revient à la charge avec désormais la possibilité d’acquérir entre douze et dix-huit avions de combat ainsi que des systèmes de défense anti-aérienne dernier cri. C’est clairement la menace des intrusions d’aéronefs russes qui a relancé le sujet autant que les interrogations autour de l’accord de défense avec le Royaume-Uni. Et d’ores et déjà les spécialistes irlandais passent en revue les avions possibles à acquérir.

Plus on fouille la question plus on se dit que les récents propos du général en retraite Ralph James ont fait boule de neige. Les responsables politiques du pays semblent désormais clairement enclin à engager une procédure en vue d’acquérir un lot d’avions de combat, les premiers de l’Irish Air Corps depuis les années 1950. Depuis 1955 et le retrait des derniers Supermarine Seafire LF Mk-III cette petite force aérienne n’a posséder aucun chasseur.
Elle confia bien un temps sa défense aérienne à des De Havilland Vampire T Mk-55 et Fouga CM-170 Magister. Avec les limites que de tels avions d’entraînement à réaction puissent rapidement avoir.

Actuellement les seuls avions d’armes que possède l’Irish Air Corps sont huit monomoteurs à turbopropulseurs Pilatus PC-9M de facture suisse. Ces avions lents et habituellement destinés à l’entraînement intermédiaire et avancé emportent mitrailleuses en nacelles et roquettes en paniers sous les ailes. Pas vraiment de quoi s’opposer à des chasseurs Sukhoi Su-27 ou Su-35 russes qui s’aventureraient trop près de ses côtes en accompagnement de Tupolev Tu-95 de reconnaissance. Même des bombardiers russes plus modernes flirtent avec l’espace aérien irlandais. Heureusement la Royal Air Force veille, et dans une moindre mesure l’Armée de l’Air.
En effet deux accords de défense existent avec le Royaume-Uni et la France. Cependant proximité géographique oblige ce sont les Eurofighter Typhoon FGR.4 de la RAF qui interviennent le plus régulièrement possible dans l’espace aérien irlandais. Un accord anglo-irlandais qui aujourd’hui est mis à mal suite à la procédure de sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne, le tristement célèbre Brexit.

Pilatus PC-9M, le seul moyen de combat actuel en Irlande.

Tout cela mit bout à bout dessine une volonté politique désormais clairement affichée à Dublin d’engager l’acquisition de chasseurs pour l’Irish Air Corps. Pour les militaires il est question de seize avions tandis que les parlementaires restent plus mesurés et parlent de douze à dix-huit avions. Dans leur cas c’est une rapide volte-face. Maintenant il s’agit de savoir quels avions pourront jouer ce rôle. Et pour cela les généraux irlandais se laissent le temps de la réflexion. L’annonce d’un éventuel vainqueur ne sera pas connu avant 2024, à condition bien sûr qu’une compétition soit officiellement lancée l’année prochaine.

Fervents Européens les Irlandais comptent bien se tourner du côté continental en priorité. Cela signifie que trois avions font d’ores et déjà figures de favoris : l’Airbus DS Typhoon, le Dassault Aviation Rafale, et le Saab JAS 39E/F Gripen. N’étant pas membre de l’OTAN l’Irlande n’a aucune obligation vis à vis des États-Unis d’autant qu’actuellement des dissensions politiques et diplomatiques lourdes existent entre Dublin et Washington autour de questions fiscales et douanières. Les avions de combat américains ne sont donc pour l’instant pas à l’ordre du jour.
Pour d’évidentes raisons diplomatiques la Chine et la Russie sont exclues de ce marché.

Il ne faut pas oublier que les Irlandais veulent également investir dans des batteries de DCA modernes. Des missiles comme les Aster 30 et CAMM-ER européens pourraient parfaitement tirer leur épingle du jeu, en parallèle de la vente de chasseurs européens.

Learjet 45, le seul avion à réaction aujourd’hui en dotation au sein de l’Irish Air Corps.

Quoiqu’il en soit il faut savoir raison garder dès lors que l’on aborde le cas de la renaissance d’une aviation de chasse irlandaise. Les renoncements ont été fréquents et il se doit de savoir raison garder. Même si cette fois les choses semblent bien parties. À titre personnel un Typhoon ou un Rafale sous la fameuse cocarde irlandaise, je trouve que ça aurait vraiment de la gueule.

Photos © Irish Air Corps.

Publicité

12 COMMENTAIRES

  1. Etant fan du Rafale et amoureux de l’Irlande (je pratique diverses danses irlandaises), j’aimerai bien voir des Rafales sous cocarde irlandaise.

    • Sans vouloir être méprisant vis-à-vis des Irlandais, mais le Rafale ne serait-il pas surdimensionné et trop onéreux pour les besoins et le finances de l’Irlande. Ce n’est ni la Suisse, ni le Qatar …

      • Assez d’accord avec vous, je pense que l’Irlande est plutôt dimensionnée pour le Gripen. Même si comme je l’ai écrit dans l’article un Rafale sous cocarde irlandaise aurait une sacrée gueule !

        • C’est pas garanti que le Gripen soit adapté.
          Cela dépend des profils de mission. Même en mission de police du ciel, le Rafale évalué par les Suisses offrait des performances supérieures au chasseur Suédois.
          Nonobstant la question du prix.
          Je pencherai plutôt pour le Typhoon,irlandais plus « anglo-compatible ».
          (mais ce n’est qu’un avis…)

  2. Est-ce que ce n’est pas Airbus DS qui essayait de placer des Typhoon block 1 d’occasion en Amérique du Sud récemment ? Étant un pur chasseur de supériorité aérienne, le block 1 serait peu cher et probablement adapté à une renaissance/montée en compétence de la chasse irlandaise, je pense.

  3. Je pense que le Gripen serai le mieux. Même si j’aimerai voir le Rafale mais il est un peu surdimensionner au niv capacité pour les Irlandais qui sont plutôt pour du air air.

  4. Si c’est pour seulement avoir des pilatus armés de mitrailleuses et roquettes en 2020, autant ne pas avoir d’avions du tout. Ça parait ridicule.

    • Afin de défendre l’Irish Air Corps il est bon de rappeler que l’Irlande a toujours joué la carte de la neutralité vis à vis de tous les conflits depuis un siècle. Donc jusque là ces PC-9M étaient suffisants. 🙂

  5. Je verrais plutôt du FA-50 (supersonique, radar, capacité fox 3) ça en ferait une sorte de F-5 Tiger des temps modernes.
    Ou plus simplement du Viper ou du F-16/mirage 2000 d’occasion voir du Gripen.

  6. Le choix logique serait le Saab gripen mais son exportation étant soumise à l’accord USA et du R.U ( a cause de l’électronique et des armements de facture americano-britanique qui compose cet aéronef) il resterait de fait le rafale et le typhoon, de plus ces derniers ont fait leur preuve quand a la rapidité de leur mis en œuvre face à une menace supposée ou avérée

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom