En Israël se trouve la chasse la plus puissante du Proche-Orient.

Une dizaine de jours après qu’une annexe de l’ambassade d’Iran à Damas ait été frappée par des F-35I Adir on n’a rarement été aussi proche d’un affrontement ouvert entre Téhéran et Tel Aviv. Pourtant l’état hébreu n’a pas grand-chose à craindre de l’aviation militaire de la république islamique, la sienne lui étant bien supérieure. En fait grâce à l’apport des avionneurs américains elle pourrait damer le pion d’à peu près tout ses voisins, sauf peut-être l’Égypte. N’y cherchez cependant pas d’avion de construction locale, I.A.I. n’a plus développé d’appareil de combat depuis le prototype raté du Lavi.

À priori si l’Iran doit attaquer Israël elle le fera avec des frappes de missiles sol-sol tirés depuis son territoire ou bien depuis le Liban ou la Syrie, ses deux plus proches alliés. Il s’agira alors sans aucun doute de Fateh 10 et/ou de Zelzal 3, des engins balistiques particulièrement précis et meurtriers. Ils ont d’ailleurs tous deux été conçus spécifiquement pour cibler le territoire israélien. Car le régime des ayatollahs sait pertinemment que son aviation de combat n’est pas en mesure de réaliser le moindre raid aérien vers Israël sans envoyer à la mort les pilotes de ses avions de combat et les équipages des ravitailleurs en vol Boeing KC-707 et 747-100. C’est simple la chasse iranienne ressemble en tous points à l’armée à Bourbaki. On y retrouve d’abord des avions d’un autre âge comme le Chengdu F-7 Fishcan, le Grumman F-14A Tomcat, ou encore le McDonnell F-4D Phantom II Vous pouvez aussi y croisez des chasseurs qui ne tarderont pas à être obsolètes à leur tour tels les Dassault Mirage F1EQ, les Mikoyan MiG-29A Fulcrum, Northrop F-5E/F Tiger II, et Sukhoi Su-24 Fencer. Et enfin y volent des bricolages maisons tels les HESA Azarakhsh, HESA Kowsar, et HESA Saeqeh. Aucun de ces modèles ne peut aujourd’hui aller défier Israël, son armée, sa DCA, et encore moins son aviation de combat. À moins bien sûr de vouloir participer à un suicide collectif.

D’abord il faut savoir que numériquement parlant la chasse de Heyl Ha’Avir en impose. Avec plus de 270 avions de combat en première ligne pour un peu moins de dix millions d’habitants c’est un des rapports les plus impressionnants d’Asie. On est ici proche de Singapour ou de Taïwan. Et encore on ne compte pas dedans les biplaces de transformation opérationnelle, mais bien les seuls véritables avions d’armes. Imaginez donc que ceux-ci sont aussi bien des Boeing F-15I Ra’am, des General Dynamics F-16C/D Barak, des McDonnell-Douglas F-15A/C Baz 2000, ou encore des Lockheed-Martin F-16I Sufa et F-35I Adir. C’est simple dès que l’Amérique sort un nouveau chasseur Israël doit l’avoir. Ça fait un peu penser au concept du gourmand devant la vitrine d’un pâtissier, d’où les négociations aujourd’hui autour du Boeing F-15EX Eagle II.

Le F-16I Sufa demeure une des versions les plus impressionnantes du légendaire Fighting Falcon.

Même si le F-15I Ra’am et F-16I Sufa sont plus des avions de pénétration,  comme d’ailleurs les F-35I Adir qui l’ont déjà prouvé depuis quelques temps maintenant, ils peuvent également se rendre redoutables en configuration air-air. Les missiles AIM-9 Sidewinder et AIM-120 AMRAAM leur sont particulièrement adaptés, notamment le second d’entre eux. Et face à des F-7 Fishcan, F-14A Tomcat, Mirage F1EQ, ou encore Su-24 Fencer ces avions de combat seraient comme des gamins dans une fête foraine. Ils feraient carton plein. Seuls les pilotes des MiG-29 pourraient s’en sortir mais en Iran comme ailleurs dans le monde le Fulcrum a toujours le même souci depuis son apparition : il a les pattes courtes.

On pourrait alors se dire que Téhéran pourrait vouloir s’appuyer sur ses alliés dans la région. Malgré un apaisement des relations irano-irakiennes Bagdad ne bougera sans doute pas le moindre orteil dans cette histoire, d’autant qu’elle accueille des militaires français qui verraient forcément cela d’un mauvais œil. Et oui Chammal continue au printemps 2024. Il lui reste alors Beyrouth et Damas. Et là encore les aviations de chasse sont limitées à la seconde seulement, et avec des avions encore plus antédiluviens qu’en Iran. Imaginez donc que la Syrie revendique encore de posséder des Mikoyan-Gurevich MiG-21 Fishbed, MiG-23 Flogger, et MiG-25 Foxbat. Ce serait David contre Golitath mais à l’envers ! Les pilotes israéliens auraient l’impression de combattre les collections d’un musée.

Donc oui vous l’aurez compris Israël a largement la supériorité sur l’Iran et ses deux alliés que sont le Liban et la Syrie. De ce fait l’optique d’un affrontement d’aviations parait bien improbable. Car avant même de sortir de leur espace aérien les avions de la république islamique auront été détecté par les radars des navires de guerre de l’US Navy qui croisent dans la région. On y trouve aussi des Northrop Grumman E-2D Advanced Hawkeye. Et les récentes déclarations de Joe Biden quand au soutien à l’état hébreu ne laisse aucun doute. Rappelons que le porte-avions USS Dwight D. Eisenhower croise actuellement en Mer Rouge. Ses Boeing F/A-18E/F Super Hornet et EA-18G Growler ne mettraient donc pas longtemps à rejoindre les côtes iraniennes afin de faire faire demi-tour à des chasseurs ennemis.

Malgré son âge désormais avancé le F-15C Baz 2000 reste un puissant intercepteur et chasseur de supériorité aérienne.

La tension est désormais à son paroxysme et la plus part des chancelleries l’ont comprises. Il faut faire redescendre la pression entre Téhéran et Tel Aviv, et c’est là le rôle des diplomaties américaines, européennes, et russes. Une guerre entre ces deux puissances régionales ne serait bonne pour personne. et en premier lieu surtout pas pour elles deux. Affaire donc à suivre.

Photos © Heyl Ha’Avir

NDLR : Au moment où cet article a été écrit et planifié l’attaque des « drones iraniens » n’avait pas encore eu lieu.

PARTAGER
ARTICLE ÉDITÉ PAR
Arnaud
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.
articles sur les mêmes thématiques
Commentaires

14 réponses

  1. Je ne sais pas si on peut compter sur la diplomatie des russes pour faire baisser la tension quelque part sur notre planète…

    1. Peut-être n’êtes-vous pas assez objectif pour cela ? La Russie reste un des interlocuteurs de premier choix pour parler à l’Iran.

  2. Bonjour Arnaud!
    Vous êtes un peu dur concernant le Lavi. Vous parlez d’un prototype raté mais il me semble que c’est surtout les pressions US qui ont tué ce projet dans l’œuf. Avec le savoir-faire israélien, ça aurait pu débouché sur un appareil performant…
    Bonne journée

      1. Et si Israël l’aurait produit en série, les américains auraient été furieux que leurs aides financières servent à concevoir un concurrent qui fasse de l’ombre au F-16.

        1. Tout à fait d’accord avec vous! Les us ont coupé les fonds, ceux qui me parait logique, après comment les plans de sont retrouvés en chine, un mystère de plus.

      2. Il est produit en série … 😉
        En Chine.
        Parce qu’il existe quand même une ressemblance frappante entre le J-10 et le Lavi.
        Même si ça n’a jamais été confirmé.

  3. Objectivement, le régime qui gouverne actuellement la Russie n’a qu’un seul objectif, avoir le chaos pour faire perdurer son règne. Je suis convaincu que même si l’Iran écoute la Russie, ce ne sera jamais pour évoluer dans le sens d’une paix juste et durable.

  4. La diplomatie rentre en jeu surtout car 20% du trafic mondial de conteneurs passent par le sud d Israël et le canal de suez. Imaginez que le prix des assurances à bondit de 85% pour ce trajet. Tout le monde a intérêt à ranger son fusil dans la braguette et faire parler son intelligence que la testostérone.
    Par contre je suis surpris de la position des saoudien s qui ne serait pas contre une offensive israélienne à base de f15 sur les iraniens et houthis. Histoire de voit l autre puissance local à des niveaux de fièvre acceptable.

    D ailleurs pour des jeux purement d intérêt et d influence, beaucoup de pays arabes seraient enthousiasmés de voir Israël tatanner l Iran, l Égypte la première vu les milliards de dollars qu elle a perdu avec le détournement du trafic maritime. Les saouds pareil tant l Iran menace leur allié au Yémen.

  5. Israël c’est surtout beaucoup d’esbrouffe. Nethanyaou sait que s’il bombarde l’Iran il va se prendre une guerre des six jours bis. Sauf que désormais il y aura la dimension religieuse avec des islamistes qui n’hésiteront pas à se faire pêter aux 4 coins de Jérusalem et de Tel-Aviv. De toutes manières Nethanyaou devra rendre des comptes devant la justice internationale pour les crimes de guerre qu’il a organisé à Gaza. Les représailles sont le Hamas ont bon dos c’est un génocide qui se joue là bas, même le secrétaire général de l’ONU le dit.

  6. Bonjour Arnaud,
    Est-ce que Heyl Ha’Avir dispose des moyens nécessaires pour monter un raid aérien sur l’Iran ?
    Il me semble que les F16 et F-35 ont les pattes un peu courtes pour cela…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sondage

Lequel de ces avions symbolise le mieux pour vous le 90ème anniversaire de l'Armée de l'Air et de l'Espace ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...
Dernier appareil publié

Blériot XI

Tout comme le chemin de fer avant elle ou l’automobile à la même époque l’aviation a su marquer son temps, d’abord au siècle dernier puis

Lire la suite...