La déclaration au parlement ce mercredi 27 octobre 2021 du ministre grec de la défense, monsieur Nikos Panagiotopoulos, n’a laissé personne de marbre. Et surtout pas l’ambassade du Royaume-Uni à Athènes puisque c’est désormais officiel que la Polemikí Aeroporía se penche sur le cas des Eurofighter Typhoon FGR4 dont le retrait du service par la Royal Air Force a été annoncé le mois dernier. Ces avions pourraient permettre à la Grèce de muscler sa défense aérienne face aux velléités expansionnistes turques. On ignore cependant combien d’avions seraient concernés.

Pour mémoire ce sont trente avions qui doivent bientôt quitter les rangs de l’aviation britannique, y compris des biplaces de transformation opérationnelle Typhoon T3.
Les premières estimations de la presse grecque font état d’un besoin pour vingt-quatre avions afin de permettre la mise à la retraite des vieux biréacteurs McDonnell-Douglas F-4E Phantom II d’origine américaine. Entre 1998 et 2000 ces chasseurs-bombardiers avaient été modernisés selon le schéma Peace Icarus 2000 leur octroyant des capacités multi-rôles. Ces avions sont aujourd’hui hors d’âge.

En fait Nikos Panagiotopoulos répondait à une question du député Kyriakos Velopoulos, président du parti conservateur Ellinikí Lýsi, «Solution Grecque» en français, sur l’état de la modernisation de l’aviation grecque. Et c’est donc là qu’il a lâché le morceau, annonçant publiquement que le gouvernement et les militaires n’avaient pas encore commencé à négocier avec le ministère britannique de la défense mais l’envisageaient très sérieusement.
Une déclaration qui survient un mois et demi seulement après une commande pour six avions de combat omnirôles Dassault Aviation Rafale F3R supplémentaires. De premiers exemplaires de l’avion français volent déjà sous la cocarde grecque.

Des Dassault Aviation Rafale F3R neufs et d’occasion auxquels s’ajouteraient des Eurofighter EF-2000 Typhoon Tranche 1 Block 5 d’occasion donneraient forcément un avantage certain à la Grèce dans la guerre des nerfs qui l’oppose depuis des années à la Turquie. Rappelons que cette dernière peine à moderniser son aviation militaire.
La Grèce pourrait donc devenir le premier pays européen à aligner les deux modèles de chasseurs de génération 4.5 conçus sur notre vieux continent.

Photo © ministère britannique de la défense.

Publicité

10 COMMENTAIRES

  1. J’ai hâte du retour des pilotes qui pourront comparer au mieux ces deux avions concurrents l’un de l’autre, c’est un peu comme si vous pouviez acheter une Ferrari et une Porsche et regarder les points positifs de chacune d’entre elles. C’est un peu puérile j’en suis conscient, mais l’âme d’enfant est forte au sujet des passions.

  2. Les finances grecs vont mieux à ce point ? Qu’apporte de plus le Typhoon par rapport au Rafale ? Ce sont deux avions très similaires. A part se perdre en multipliant le nombre de modèles d’avions différents, je ne vois pas l’intérêt.

    J’ai l’impression que les grecs nous refont le coup du Qatar. Ces derniers avaient commandés des Rafales, Typhoons et F-15 en quelques années. Plus que des avions, c’est un soutient diplomatique international fort qu’ils cherchaient.
    Les grecs commandent ou souhaitent commander dernièrement des Rafales, Typhoons et F-35. Veulent-ils « acheter » un soutient diplomatique fort eux aussi ?

    • La grosse différence Dimitri entre la Grèce et le Qatar c’est l’OTAN. La Grèce a toujours su ménager Américains et Européens dans les achats de ses matériels de défense. Et puis les Typhoon FGR4 de seconde main pourrait être une certaine aubaine pour elle.

  3. Avec tout leurs Achats je me demande comment leurs économie suit, la Dette publique gréc à atteint 205,6% et la dette privée et monté à 200% on aura beau nous faire croire que le pays va mieux la situation et toujours précaire et incertaine mais le pays continue à augmenter le budget de defense ( augmentation de 57% ) qui est passé à 3,4% Je trouve qu’il ne devraient pas enchainer les achats militaires mais, plutot faire un par un pour que l’économie puissent suivre.

  4. Erdogan tente de ménager la chèvre et le chou à sa façon avec les états Unis et la Russie.
    Il tente de faire moderniser leur F-16 et de pouvoir remplacer les F-35 dont le contrat a été annulé, par des F-16 au standard Viper.
    La Grèce voit peut être poindre une montée en puissance rapide de la chasse turque.
    Du coup acheter des avions de seconde main raccourcirait les délais d’attente pour avoir de quoi avoir de sérieux concurrents à mettre en face des f-16.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom