Bien sûr il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avion tué. Pour autant plusieurs médias indiens s’orientent désormais vers une victoire française dans le cadre du programme MMRCA 2.0 visant à fournir cent quatorze chasseurs à l’Indian Air Force. L’omnirôle Dassault Aviation Rafale F4 l’emporterait donc sur les sept concurrents dans un contrat sur lequel le concept d’Atmanirbhar Bharat aussi connu sous l’anglicisme Make-in India permettrait à l’industrie locale d’assembler le plus gros des machines. On parle même d’une signature de contrat entre la fin de l’été et le début de l’automne.

Pour mémoire outre le Dassault Aviation Rafale F4 les machines en compétitions dans le cadre du MMRCA 2.0 sont les suivantes : Airbus DS Typhoon Tranche 4, Boeing F-15EX Eagle II, Boeing F/A-18E/F Super Hornet, Lockheed-Martin F-21 Super Viper, Mikoyan MiG-35 Fulcrum-F, Saab JAS 39E/F Gripen, et Sukhoi Su-35 Flanker-E.
Non pas que l’avion clodoaldien soit meilleur forcément que les autres, peut-être est t-il simplement plus adapté aux besoins indiens que ses challengers. Surtout il a un gros avantage sur eux : les pilotes de l’Indian Air Force le connaissent déjà pour l’utiliser au quotidien. Et ça c’est le meilleur argument, le Rafale F4 étant considéré comme un game changer par l’état-major indien.

Pour mémoire le programme MMRCA 2.0 doit permettre de remplacer au plus vite les derniers Mikoyan-Gurevitch MiG-21 Fishbed. Ces antédiluviens jets supersoniques datés de l’ère soviétique ont actuellement très mauvaise presse en Inde. Ils sont accusés d’être, à juste titre, des faiseurs de veuves. L’autre appareil dans le collimateur est le SEPECAT Jaguar IS, la version indienne du fameux avion d’attaque franco-britannique daté lui aussi de la guerre froide. Enfin une partie, les plus anciens exemplaires, des Mikoyan MiG-29 Fulcrum doivent aussi être remplacés.
Autant dire que les avions russes ne partaient pas gagnants, et ça c’était avant la guerre en Ukraine.

Même si l’Inde n’a pas condamné l’action militaire russe contre la souveraineté ukrainienne il est indéniable que les faits ne plaident pas en faveur des MiG-35 Fulcrum-F et des Su-35 Flanker-E. Le premier n’a tout simplement pas été engagé et le second n’y a pas brillé. Il a été incapable d’y assurer une totale supériorité aérienne. C’est pourtant censé être son point fort. Dans le même temps l’annonce de la fusion Mikoyan-Sukhoi au sein d’UAC rajoute de la confusion : lequel des deux avions de combat a désormais les faveurs du géant russe ? On l’ignore, et les Indiens aussi sans doute.

Plus le temps passe et plus il semble avéré, toujours si on en croit les médias indiens tant financiers qu’aéronautiques, que les avions d’Airbus DS et de Saab n’ont rien prouvé de valable. Les experts indiens laissent même sous-entendre que le JAS 39E/F Gripen n’apporterait selon eux rien par rapport au HAL Tejas de facture indigène. Perso j’aurai tendance à penser que l’avion suédois aurait pu apporter une fiabilité qui fait cruellement défaut à l’avion indien.
Il reste donc Boeing et ses deux avions : le F-15EX Eagle II et le F/A-18E/F Super Hornet. Là aussi apparemment ils n’ont pas convaincu, pour deux raisons principales chacun. Pour le premier c’est parce que l’avion est trop neuf, pas assez connu, et que surtout il ne sert pas encore de manière opérationnelle aux États-Unis. Pour le second la cause est plus structurelle : aux yeux des généraux de l’Indian Air Force c’est un chasseur naval. Ils n’imaginent donc pas acquérir un avion que l’Indian Navy pourrait faire voler… ou recaler aux profits du Dassault Aviation Rafale M.

Il ne reste donc que le Dassault Aviation Rafale F4 et ce mystérieux Lockheed-Martin F-21 Super Viper. En fait celui-ci est une version indienne du fameux F-16V Viper développé à partir du légendaire General Dynamics F-16 Fighting Falcon. Lockheed-Martin s’est adjoint la branche aéronautique du géant industriel et agroalimentaire Tata afin de respecter au maximum l’Atmanirbhar Bharat. Cette théorie économique a été créée et portée par le premier ministre indien Narendra Modi et repose donc pour le programme MMRCA 2.0 sur un assemblage local des avions sélectionnés. Dassault Aviation de son côté semble de plus en plus associé avec l’avionneur historique indien HAL.

Le MMRCA 2.0 s’établit dont sur cent quatorze avions dont trente-six seront construit par l’avionneur vainqueur dans ses usines. Si Dassault Aviation l’emporte donc dans les prochaines semaines ces machines naîtront à Mérignac. Les soixante dix-huit avions restants étant à la charge de l’industriel indien partenaire. Et à ce petit jeu là HAL semble avoir l’avantage puisque c’est vraiment un avionneur (et hélicoptériste) depuis de nombreuses années tandis que Tata n’est qu’un sous-traitant, se limitant juste à la production de drones.
Oui Dassault Aviation et son Rafale F4 ont toutes les raisons d’être commandés par les Indiens dont les avions anciens commencent à vraiment peser.

Vous l’aurez compris : rien n’est encore fait ! Pour autant tous les voyants sont au vert pour une nouvelle victoire du Rafale en Inde. Et comme à son habitude l’avionneur français joue la carte du silence radio.
Affaire donc à suivre.

Photo © Dassault Aviation

Publicité

25 COMMENTAIRES

  1. Une tendance très encourageante!
    Par contre, les indiens ne venaient ils pas d’annoncer que la commande du MMRCA2 ne concernait désormais plus que 57 appareils et non plus 114?

    • Je pense que vous mélangez un peu les différentes informations. Il y a 2 contrats de prévus et à gagner.

      Un contrat de 114 appareils pour l’armée de l’air Indienne, et un autre contrat de 57 appareils pour équiper la Marine Indienne. En aucun cas, l’histoire des 114 appareils n’a été réduite à 57. Vous avez mélangez les 2 informations.

      La seule information de réduction, était intervenue sur les 57 appareils pour la Marine Indienne, qui pourrait réduire le nombre d’appareils nécessaires pour son nouveau porte avion.

      l’Inde avait vu un peu trop large en annonçant 57 appareils, quand leur nouveau porte avion, fait quasiment la même taille que le Charles de Gaulle. Me Charles de Gaulle n’embarque pas 57 appareils, mais une quarantaine seulement. Donc les Indiens avaient revu les chiffres à la baisse pour sa Marine.

      • Merci pour cet éclairage Kasugakyosuke. En effet de nombreuses personnes (dont un type hyper hautain se prétendant journaliste et expert) ont fait la confusion entre le contrat des 114 avions de l’Indian Air Force et celui des 57 de l’Indian Navy. De ce fait je suis obligé de m’escrimer trois fois plus que d’habitude pour les modérer. C’est une erreur de ma part j’aurais du rappeler plus en profondeur l’histoire des 57 Rafale M.
        Mea culpa.

  2. « Non pas que l’avion clodoaldien soit meilleur forcément que les autres, peut-être est t-il simplement plus adapté aux besoins indiens que ses challengers »
    C’est pratiquement le cas à chaque marché d’avion de combat, et le terme « adapté » contient aussi le côté politique.
    Si ceci se conclut positivement, espérons que HAL si c’est cet industriel qui sera choisi, ne fera pas capoter comme le MMRCA précédent!

  3. Je reste dubitatif sur le Made In India, il y a 10 ans ils ont dû abandonner l’idée de fabriquer le Rafale chez eux car ils n’avaient pas l’industrie de pointe le permettant, l’ont-ils maintenant ?

    Rigolo que ce soit un Rafale Grec qui illustre les Rafales Indiens (je taquine).

    • J’ai modéré votre commentaire car il était confus et pouvait induire nos lecteurs en erreur. La modération fait aussi partie de la règle du jeu du commentaire. Votre « analyse » n’était pas pertinente, et s’avérait même au final plus longue que l’article lui-même. Tenter de commenter de manière plus synthétique et sans doute que ça passera mieux cette fois là.
      Cordialement.

  4. Le Rafale fait le job en Inde et le CEMAA Indien a expliqué qu’il souhaitait en obtenir plus. Un ancien pilote expliquait récemment que le Rafale n’avait aucun retard technologique sur ses concurrents et même contre les J20 Chinois, bien au contraire. Ce serait une belle reconnaissance si il réalisait une nouvelle méga-commande pour cet avion qui représente l’aboutissement d’une grande histoire aéronautique Française. Gageons que ce soit le cas.

    • C est du matériel francais alors on aime à dire que c est le meilleur.

      Mais les vrai juges sont les clients a l export.
      Et pour l instant le moins qu on puisse dire c est que tout le monde en recommande. C est vraiment bon signe.

      On ne peut pas dire la meme chose de tous nos produits, comme le nh90…

      • Alors on va être très clairs Guillaume : les digressions sur le NH90 s’arrêtent ici et maintenant ! Il y a des tas de forums où vous pourrez en discuter. Ici ce n’est pas un forum mais un site ouvrant ses articles aux commentaires et en l’état sur un sujet touchant au Rafale le Caïman est hors-sujet.
        Merci de votre compréhension.

  5. Il est meilleur ,tous les concours auquel le rafale a participé il les a gagné . à chaque fois des manœuvres politiciennes américaines ne lui pas permis de conclure la vente .il est le plus polyvalent ,le plus fiable ,le moins cher en entretien et lui à la différence du F35 son système d’arme fonctionne .Donc oui il est le meilleur avion sur le marché actuellement

    • Exactement ! Cela a été démontré par des experts neutres et objectifs, ayant des preuves à l’appui.

      D’ailleurs dans le cas de l’Inde, les Rafales sont déjà en actions contre la Chine, aux frontières entre les deux pays. Et selon les retours des pilotes Indiens, l’ajout du Rafale à porter ses fruits dans les récentes prises de têtes entre l’Inde et la Chine.

      Pour le cas du f35, il deviendra peut-être un bon avion dans 10 ou 20 ans, mais pour le moment, le constat est sans appel, trop de problèmes graves et majeurs, entache la réputation de cet avion.

  6. Comme d’habitude, avec les Indiens , l’éléphant va accoucher d’une souris !!
    La première commande de 36 appareils sera t’elle ,un jour ,suivie d’autres commandes ?
    Déjà je doute beaucoup pour la version Marine .
    Alors pour d’autres Rafale , tournons nous plutôt vers l’Amerique du sud ou l’Europe.
    Les états Baltes ou la Serbie seront plus sûrs.
    Voire la Grèce pour de nouvelles commandes .
    Et surtout ,surtout notre pauvre AAE qui deviendra une armée de l’air marginale avec moins de 160 avions de combat !!
    A nous Français de monter en puissance face à cette guerre aux portes du vieux continent !
    Mais non , rien ne bouge .
    Alors où va l’augmentation de notre budget de la défense ?
    On se le demande .
    Foutu pays !

    • Bonjour Jeje, merci de ne pas politiser votre commentaire à outrance et de conserver un vocabulaire correct. Votre dernière phrase est largement de trop.

    • C’est fatiguant cette manie maintenant de tout politiser et encore plus pour faire passer des messages comme ce racisme anti-américain bien primaire.

      • Sans être raciste « primaire » anti-US, il faut reconnaitre que nos « meilleurs amis » n’hésitent pas un seul instant à nous coller un coup de poignard dans le dos. (Sous-marins Australiens, Belgique, Suisse etc etc. Donc oui les USA ne sont pas nos amis, ce sont des alliés. Et quand il faut faire du business, ils savent amener leur « parapluie politique ». Donc, et sauf votre respect, un tel contrat d’armement est aussi (et surtout) une question politique. Le Rafale à gagné presque toutes les compétitions où il était engagé. (Techniquement parlant), et au niveau des cahiers des charges élaborés par soumissionnaires). Mais, comme le rappellent certains ici, la PAX Americana vaut toutes les qualités d’un avion.

        • Merci de ne plus inclure votre ressentiment aux uns et autres vis-à-vis des USA, ce sont des commentaires HS et qui seront donc immédiatement modérés.
          Si vous voulez en débattre je suis sûr que vous trouverez des dizaines de forums sur la question.

    • On peut aussi voir les choses d une autre manière.

      Qui nous a fait gagner l Indonesie face au su35?
      Pareil pour l egypte et la Serbie.
      On profite des sanctions us quand on est face aux russes.

      On se partage le marché, et il ne serait pas surprenant que l appel d offre naval aille au f18 et le mmrca2 au rafale.

  7. C’est la grande force du « oui mais… » si français cher Arnaud.
    Les ventes du Rafale continuent de décoller… oui mais le NH90,
    On a de nouveau client international à l’export quand même… oui mais les américains,
    On prouve avec cet avion le savoir-faire industriel et techno français… oui mais le gouvernement,
    etc…
    Saurons-nous un jour nous contenter d’une victoire, si petite soit elle, là est la question.

    En tout cas moi je ne boude pas mon plaisir à voir le Rafale voler sous de nouvelle cocarde, et pourquoi pas bientôt celle de la marine Indienne.

    Messieurs les boudeurs, santé !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom