Contrairement à ce que certains médias peu regardants avec la réalité des faits ont pu publié ce n’est ni la fin du chasseur américain de 5e génération ni un renouveau pour Airbus DS ou pour Dassault Aviation au sein de la Confédération Helvétique. Ce mardi 16 août 2022 l’initiative populaire baptisée «Stop F-35» a déposé auprès de la Chancellerie Fédérale de Berne les 120 000 signatures obtenues. Elles doivent permettre un réexamen des conditions d’acquisition des trente-six avions de combat multi-rôles furtifs Lockheed-Martin F-35A Lightning II. Celle ci est en fait pilotée par une coalition d’élus de gauche et écologistes favorables à une option européenne.

Pour mémoire c’est fin juin 2021 que le gouvernement fédéral suisse a choisi de commander le Lockheed-Martin F-35A Lightning II américain plutôt qu’un avion de facture européenne. Outre le traditionnel bashing dès lors que l’on parle de ce chasseur les décideurs suisses se sont retrouvés honnis sur les réseaux sociaux par des haters qui aussi bien allemands que français qui montraient ainsi leur faible attachement au principe de souveraineté. Rappelons que la Suisse n’est pas membre de l’Union Européenne et qu’elle n’a donc strictement aucune raison de faire une quelconque forme de préférence européenne.

Cependant en Suisse même ce choix heurta une partie de la classe politique, à la gauche de l’échiquier local et regroupant plusieurs formations dont des écologistes et des socialistes. Et c’est eux qui ont eu l’idée de l’initiative populaire «Stop F-35». Si elle réussissait dans un temps donné par le législateur à réunir 100 000 signatures un réexamen des conditions d’achat des avions était garanti. Pour nombre de contribuables suisses ce n’est pas tant le fait que le F-35A Lightning II soit américain ni même ses quelques défauts de jeunesse qui gênent. C’est le coût des trente-six avions commandés : 6.04 milliards de francs suisses, soit au cours actuel 6.24 milliards d’euros.
En Suisse on ne plaisante pas avec les finances publiques.

Il fallait 100 000 signatures et les organisateurs de «Stop F-35» en ont déposés 120 000. Sauf que très rapidement il est apparu que 17 000 étaient jugées irrecevables par les autorités fédérales. Cependant avec 103 000 les opposants au programme d’achat du Lightning II demeurent dans la norme. C’est bien pour cela que la Chancellerie Fédérale de Berne va pouvoir examiner les désidératas des uns et des autres.

En dehors de toute considération partisane droite-gauche c’est plutôt la présence parmi les signataires de l’appel «Stop F-35» de nombreux membres du GSsA, le Groupe pour une Suisse sans Armée, qui peut déranger. D’obédience plutôt écologiste extrémiste cette formation rejettera idéologiquement toute décision d’achat d’un avion de chasse futur là où les écologistes plus modérés (et majoritaires) ainsi que la gauche préféreront une solution tournant autour de l’Airbus DS Typhoon Tranche 4 ou du Dassault Aviation Rafale F4.
Penser que l’un de ces deux avions a déjà gagné et volera avant 2030 sous la cocarde suisse c’est oublier un facteur essentiel de l’équation : le gouvernement fédéral.

Car celui-ci demeure persuadé que le Lockheed-Martin F-35A Lightning II reste le seul avion capable de remplacer les McDonnell-Douglas F/A-18C/D Hornet et les Northrop F-5E/F Tiger II. Et il n’en démord pas.
Les semaines à venir risquent donc de s’annoncer encore croustillantes sur ce dossier.
Forcément c’est pour nous une affaire à suivre.

Photo © Lockheed-Martin.

Publicité

31 COMMENTAIRES

  1. Merci pour ces suivis de l’information, en particulier celui-ci.
    En effet, bien que la Suisse ne soit pas membre de l’Union Européenne, j’avoue que j’espérais voir les cocardes suisses sur le Rafale, même s’il n’était le favori que des médias francophones (romands et français). En effet, la grande majorité de la Suisse regardait en direction des Eurofighter et F-35, l’avion européen ayant l’avantage politique d’un appui de l’Allemagne, de l’Italie et de l’Espagne durant les négociations entre UE et Suisse.
    Je me permets de préciser que cette récolte de signature ne va pas permettre un réexamen des conditions d’acquisition des F-35, mais uniquement de voter sur l’initiative « STOP-F-35 ». Son texte demande à annuler l’acquisition de l’avion américain et de diminuer en conséquence le budget militaire du pays, empêchant ainsi tout autre achat d’avion de combat dans le futur, que ce soit le Rafale ou un autre. Il faut être clair que l’objectif des initiants (GSsA, Socialistes et Verts) est à moyen terme l’abolition de l’armée en Suisse et que si un avion européen avait été choisi, de leur propre aveux, une action semblable aurait également été lancée. On peut encore espérer que cette initiative soit jugée nulle : la votation précédente ayant déjà accepté (d’un cheveu) l’achat d’un avion de combat, quel qu’en soit le modèle. Quoi qu’il en soit, j’espère que cet achat pourra être effectué (que l’on soit pour ou contre le choix des professionnels de l’Armée Suisse), sinon c’est à relativement court terme la fin des forces aériennes suisses.
    Meilleures salutations.
    J.

  2. Autant il y a le f35 bashing, mais il y a les supporters inconditionnel du f35 qui font abstraction de tous ses défauts. La vérité est que si le f35 était de facture française ou de Airbus (européenne), personne ne l’aurait acheter. Son principal avantage est le parapluie américain !
    Le f15 dans sa dernière version serait bien plus approprié à la Suisse et à tous les autres pays acheteurs de matériels américain.
    Je précise : j’ai grandi avec le poster géant d’un f15 au-dessus de mon lit alors oui je suis fan de ce magnifique avion qui a fait ses preuves et a su évoluer avec les dernières technologies.

  3. Choix aberrant avec un appareil totalement inadapté au besoin de police du ciel pour un petit pays comme la Suisse. Sous motorisé, manœuvrabilité très « moyenne », coût de maintenance élevé pour une soit disant « furtivité » que les Suisses n’auront que faire.

  4. Mr ARNAUD. Quelle présentation partisane! Si la position « franchouillarde » ne vous plaît pas prenez le temps, à défaut d’étudier le dossier en profondeur (ce qui a été fait!) de donner l’ensemble des informations pour avoir une idée juste et objective de ce « choix en faveur » du F35. Vous omettez étonnamment de précisez les fuites sur l’évaluation du F 35, par très glorieuses, et son positionnement sur les autres. Ajoutez enfin, la visite opportune de Biden, et vous aurez un choix qui n’a rien de naturel. Bien loin de là. Ce dernier est arrivé après une évaluation pitoyable de cet appareil en escadron et un rapport assassin du ministère américain de la défense, lui-même. Vous pouvez aussi y ajoutez les raisons suisses invoquées pour « ce choix » qui relèvent pour certaines du comique ! Je ne suis pas anti F35 ni pro Rafale. Et je peux comprendre les Suisses sur le choix d’un appareil nouveau qui permet une projection sur le long terme (uniquement sur le papier actuellement et malheureusement) d’un appareil très jeune mais mal né car posé sur une doctrine trop éloignée d’un principe d’opérationnalité. Alors que le Rafale accusé 30 ans d’existence. Je ne comprends pas votre americanisme qui vire à l’admiration aveugle de ce qui vient de chez eux. Je l’ai constaté dans certains de vos écrits précédents et je le constate encore ici sans grande surprise.

  5. Au-delà des considérations politiques ou des avis personnels sur le F-35, on ne peut, j’ose le croire que tous s’accorder sur le fait que le F-35 ne correspond pas au besoins de la Suisse.
    S’il lui faut un avion de récente facture pour faire uniquement police de ciel, le Gripen pourrait convenir par rapport à son prix (pour l’acceptation sociale) et ce qu’il propose. Ou sinon le Typhoon II, avec le côté rassurant du bimoteur.
    Des avions comme le F-35, le Rafale ou même le F-15EX sont au final « sur-capacitaires » par rapport au petit territoire
    Helvète et à l’absence de projection de leur armée.

    Quant à ceux qui sont choqué par le ton pris par le camarade Arnaud dans ces colonnes, je rappelle qui ce site n’est pas un site journalistique mais un blog de passionnés. Aucun devoir de réserve n’est à appliquer.

    Bonne journée 😉

  6. Ouah . Le F35 a  » quelques défauts de jeunesse  » . Quel euphémisme !!! Ne serait-ce pas plutôt du parti pris? .

    • Non c’est de l’objectivité ! Le parti pris je le laisse aux adeptes du bashing dont à mes yeux l’avis ne vaut pas beaucoup plus que celui des piliers de comptoir du bistrot en bas de chez moi.

      • Si c’est de l’objectivité dans ce cas tu es soi biaisé soit mal informé, certes le f35 est en meilleure forme qu’à ses débuts mais il ne correspond pas à l’usage qu’en fera la suisse.

        Au lieu d’un appareil agile le gouvernement fédéral suisse a choisi de prendre l’exact opposé

        C’est comme prendre un dragster pour faire du rallye

  7. C’est toute la limite des votations populaires, il est facile par agrégation de trouver une majorité contre, entre les anti-militaristes, les anti-tout mais aussi les citoyens helvètes éclairés qui se posent de vraies questions par rapport au F35 mais aussi la composante terrestre de l’armée suisse qui a bien compris que le budget réel va exploser le prévisionnel.
    Comme l’ont dit plusieurs intervenants, le problème n’est pas de savoir si le F35 est un bon avion ou non. Le problème, c’est qu’il est complètement inadapté aux besoins de l’armée suisse et tout le monde le sait. Ce n’est pas de franchouillardise ou je ne sais quoi. Ce sont les faits.
    Et au delà, le problème, c’est que les suisses ont clamé haut et fort lors de deux appels d’offres successifs que le processus serait objectif et transparent. Il n’a été ni l’un ni l’autre. Ils auraient très bien pu dire, on prend celui-là, choix souverain. Point. Ils ne l’ont pas fait.
    Au final entre les louvoiements gouvernementaux et les votations populaires, la Suisse va se retrouver sans avions de chasse. La Suisse a aussi perdu très gros dans cette histoire car plus grand monde ne va répondre à leurs appels d’offres à l’avenir. Trop de problèmes.

  8. La différence entre un avion qui vole l’argent du contribuable et un avion qui vole, c’est la différence entre le F-35 et ses concurrents. Aux Helvètes de faire preuve de sens du discernement.

  9. Bonjour Arnaud,
    Le pugilat final a effectivement commencé ! Fatigué de débattre sur le fond avec des partisans qui manquent volontairement d’objectivité, j’aimerais insister sur l’objectivité douteuse des interventions sur les blogs de façon générale.
    Pour ne pas accuser sans preuves formelles, j’aimerais me poser la question, si Dassault n’a pas des groupes se soutient sur le net ? Peut-être même que les nouveaux services de protection cyber et de veille internet créés pour lutter contre le sentiment « anti-France » (nouveau concept apparu récemment sur les blogs) jouent un rôle dans ce combat de l’information.
    J’en veux pour preuve la quantité d’informations orientées sur le F-35 et qui manquent singulièrement de vérité et d’objectivité. Quant au harcèlement permanent dès qu’on plébiscite le F-35 qu’en dire ? Voyez déjà les réponses à cet article adressés à l’auteur; éloquant tout ceci !
    Quant au F-35, il faut savoir que ce sont les Américains eux-mêmes qui publient volontairement les défauts du F-35 pour pousser les industriels à des solutions tout en maitrisant leurs couts. C’est inédit pour l’arme la plus chère de tous les temps ! Il n’y a rien de tel chez les concurrents à ce que je sache !
    Autre point, beaucoup font constamment référence à des maladies de jeunesses du F-35 sans rectifier que la plupart sont depuis réglées ? Qui peut dire quoi que ce soit sur les défauts des avions concurrents ? Personne, car tout est classifié, or l’avion parfait n’existe tout simplement pas !
    Dernier facteur, le F-35 est le moins cher des 3 et le plus en avancé ! C’est un avion novateur de cinquième génération ! Ce n’est pas pour rien qu’il est choisi par TOUS les pays limitrophes de la France et même plus loin; Italie, Grèce, Espagne, Royaume-Uni, Belgique, Pays-Bas, Allemagne, Danemark, Tchécoslovaquie, Pologne etc. Tout le monde ne peut pas se tromper en même temps, c’est impossible ! Du temps du F-16
    , ce fut le même ramdam, on connait la suite !
    Souhaitons à la Suisse de parvenir à gérer cette crise avec la maturité de siècles de neutralité dans un monde polarisé ! Quant au Rafale dit « choix européen », laissez-moi rire, il n’y a pas une seule pièce non franco-française sur cet avion ! Le seul avion Européen c’est le Typhon construit en quadripartite ; Allemagne, Italie, Espagne et Royaume-Uni.
    Je plébiscite également votre point de vue, la Suisse n’est pas dans Europe, pourquoi leur en imposer les valeurs, car tout le monde sait que les pays européens ont tous acquis des appareils… européen, n’est-ce pas ? Ceci est un peu d’humour pour souligner à quel point les europhiles font appel à des valeurs qui n’existent tout simplement pas !
    Rendez-vous dans le monde d’après…la commande, tellement cette lutte fut intense !
    Pour rappel, le premier référendum stipulait qu’en cas de « OUI » les militaires seraient chargés d’une sélection visant à désigner le meilleur avion selon la méthode du meilleur athlète ! On y est, difficile de ne pas percevoir la nullité de l’initiative STOP F-35 devant le conseil.

  10. (suite)
    Quant au concept anti-France, cher à certains, dites moi donc quel en est le contenu ? Parce qu’on est pro-F-35 et qu’on ne croit pas au Rafale, ils en déduisent qu’on est anti-français ? C’est pourtant ce qu’il se passe sur les blogs, il faut le dénoncer, car c’est bien triste de réduire la France à de tels concepts !
    Que dites vous de notre addiction commune au camembert et au vin français pour lesquels nous payons des milliards d’euros chaque année ! Et que dire de la culture francophone qui est notre berceau civilisationnel ? Tout ceci est absurde !
    On constate, en fait, qu’on est face à une forme de Trumpisme que certains utilisent à dessin pour instrumentaliser leurs objectifs de façon assez péremptoire !
    Espérons qu’ils disparaîtront bientôt, car leur cause demeure assez insignifiante au regard de ce qu’est ce grand pays que nous aimons tous ! Que cela leur soit dit, une bonne fois pour toutes !

    • Parce-que l’on aime pas le f35 on est insignifiant ?! Je reste libre de pensé ce que je veux sur cette avion et gardez vos longues proses pour vous car ce qui nous intéresse ce sont les avions !!!

      • Ce n’est pas ce que j’ai dit !Je dis qu’associer le Rafale à un concept aussi disproportionné que l’anti-France, pour ses détracteurs, est absurde !La France, c’est bien plus que Dassault ! Dites alors « anti-avion militaire français » (quoiqu’il n’y en ait qu’un seul encore en production à ce jour), mais anti France, me fait rire !Savez-vous ce qu’est la France monsieur, et ce qu’elle représente dans le monde ?Première destination touristique mondiale, leader mondial du luxe, plébiscité dans tous les comparatifs pour a qualité de vie, et j’en passe…La réduire à une anecdotique question de compétition commerciale militaire démontre la méconnaissance des qualités et de la grandeur de votre propre pays.
        Que diriez-vous par exemple, si les producteurs de vins français associaient sur les blogs, la perte de marchés à l’exportation à un sentiment anti-france svp ?

        • @Dannydan et @Arthur 25 on va arrêter là les délires autour du Rafale et de la France, ici le sujet c’est le F-35 et la Suisse.

  11. Danydan,?

    F35 = appareil inadapté au regard du contexte (topo, taille du pays…) et besoins Suisse..

    Pour ceux qui s’intéressent un minimum à l’aviation, c’est indéniable

  12. @Arnaud,
    C’est noté, on aimerait bien se concentrer sur le F-35 suisse, en effet !
    @Remy
    -F-35 sélectionné dans TOUS LES APPELS D’OFFRE. auquels il a participé.
    -Avion de cinquième génération plus moderne que les autres.
    -Vendu moins cher que ses concurrents et moin cher à l’usage
    -Avion standard Otan vendu dans toute l’Europe.
    -Monomoteur donc moins polluant que ses concurents bi-reacteurs.
    -Entraînement virtuel nécessitant moins d’heures de vol = doublement non-polluant et durable !
    -Budget de développement de 1000 milliards, un programme US aussi novateur et inclusif que le F-16 dans les années 1980.

  13. bonjour
    Le problème n’est pas la nationalité de l’avion. Si ça avait était du F18, typhoon, gripen, F16 ou F15, le choix aurais était compressible, mais le F35 est inadapté au besoin suisse. Ce n’est pas une critique mais un fait du a son histoire. il a était pensé pour pénétrer un espace aérien fortement défendu au sein d’une formation couverte par des avions de supériorité aérien (F22 pour l’USAF) et si nécessaire assuré un tir de barrage air-air longue portée. Sa reste un avion de chasse donc il peut faire de la police du ciel pour guidé un avion en panne radio, mais il sait qu’en cas de réaction agressive, il y a des « vrais » avions de combat aérien derrière. Les suisses n’ont que faire de pénétré dans un espace aérien ennemi et veulent que de police du ciel, donc se rapproché pour identifier l’intrus en visuel. D’un point de vu perfo pur, l’idéal pour eu serait le typhoon (rapide et maniable à haute vitesse) ou le F15. Le rafale ou le F18 eux sont des valeur sûre, manœuvrant à toute les vitesse, polyvalent, facile à entretenir. Le gripen et le F16 apporterait une solution économique quoi que monomoteur en territoire suisse….
    Le choix du F35 par les autres pays européen (de l’otan eux) est logique dans ce que je décrivais au-dessus pour participé à des comao de l’otan sous le couvert d’appareil de défense dédier. L’Allemagne est un cas typique avec une flotte réduite de F35 pour délivré le feu nucléaire tactique (quoi qu’on peut se poser la question de l’intérêt d’un feu nucléaire tactique sous double clef). La Belgique et les Pays-bas sont dans le même cas mais on pas le budget d’entretenir deux flotte, donc n’ont d’autre choix que le F35. L’Italie, l’Espagne et le royaume uni ont besoin de la version à décollage vertical pour leur porte-aéronefs respectif et sont des partenaires du projet depuis le début sachant qu’ils pourront le faire évoluer en binôme avec les typhoon. On peut aussi ajouter le cas de la Grèce qui souhaite avoir une petite flotte de F35 pour pénétrer les défenses turc et tapé les S400. Bref, dans toutes ces missions le F35 trouve sa place, mais pour la Suisse qui a ni arme nucléaire, ni besoin de décollage vertical (sinon ils auraient commandé du F35B), ni de défense ennemi à pénétrer, il n’est pas adapté.
    Pour le prix, c’est loin d’être claire, comme tous les contrats d’armement. on a même le secrétaire d’etat au force aérien qui le qualifie d' » aberration dramatique « : https://air-cosmos.com/article/des-drones-plutot-que-des-avions-le-pari-de-l-usaf-face-au-defi-chinois-38156
    Monomoteur ne veut pas dire qu’il consomme moins, le principal facteur de consommation c’est la masse et oui sur le papier 2 petits réacteurs sont souvent plus lourds qu’un gros a poussés égal mais il y a bien d’autre facteur à prendre en compte. Au final, tout monomoteur qu’il soit, le F35 affiche à vide 13t soit 2t de plus que le typhoon et 3t de plus que le rafale.
    Tous les avions moderne on des simulateurs (j’ai testé celui du rafale, c’est génial =D) c’est très efficace, mais sa introduite quand même des biais. Donc je vois mal comment on peut vendre un avion en disant qu’il vol moins…..
    Donc les Suisses sont-ils des abrutis ayant choisi un avion inadapté ? Non, ce choix est juste politique. Pour avoir suivie le dossier de prêt, on a vu le choix se porté clairement sur le F18 ou le rafale mais qu’il y a eu un revirement soudain après la visite de Biden. Qu’es- ce qui a était promis, sur l’aspect économique, technologique, défense. Peut-être que le type de démarche « STOP F35 » (j’aurais préfère « pourquoi F35 ? ») permettra d’avancé sur cette question.
    J’espère que ce message sera suffisamment factuel est argumenté pour ne pas être classé dans les cases « hater » « pro-rafale » ou « anti-americain ».
    Cordialement

  14. « mono réacteur donc moin polluants » je l’avais pas vu venir celle là ! Merci elle m’a bien fait rire.

  15. @Val venaut,
    Le F-35 est adapté pour la Suisse car il est un système d’alerte, le plus avancé existant actuellement !
    Il ne s’agit pas d’un avion de chasse à l’ancienne, qui devait décoller, intercepter sa cible et l’abattre rapidement.
    On a ici affaire à un système des systèmes. C’est-à-dire qu’il n’opère pas seul, mais fait partie d’u système de mise en réseau ou tous les systèmes défensifs sont connectés.
    Qu’est-ce que cela veut dire ? Le F-35 a la capacité de partage ses informations avec tous les autres systèmes de défense qui opèrent ensemble pour annihiler la menace. On peut presque le voir comme un mini AWACS, mais en beaucoup plus puissant et plus petit, tout en disposant de défensifs et offensifs.
    Dans le cas de la Suisse, il est tout à fait adapter, car il pourra fournir ‘d’en haut’ toute une série d’informations sur une potentielle attaque, ce que les radars ne peuvent faire correctement faire dans ce pays montagneux.
    C’est la réponse la plus efficiente au cas suisse qui a certainement d’autres scénarios défensifs que celui de la police du ciel ; rôle condescendant dans lequel son grand voisin la relègue trop souvent.
    Le F-35 a aussi, de par son ultra-connectivité, la possibilité de collaborer avec les autres F-35. Et -donc, les appareils (F-35) Italiens, Allemands, Espagnols, Grecs, Danois, Belges etc.. partageraient déjà des informations sur une potentielle menace avant u’elle ne survole la Suisse !
    Ce système est au de loin plus efficace que tout ce qui a existé jusqu’ici.
    Concernant le facteur polluant, je maintiens que le mono-réacteur du F-35 qui est de nouvelle génération envoie moins de carbone dans l’atmosphère que les autres biréacteurs des appareils plus anciens.
    De même, l’entrainement numérique sur simulateur permet de diminuer considérablement les couts et le nombre de vols nécessaires à la formation des pilotes !
    Pour ma part, il n’y a pas de meilleurs choix pour sécuriser la Suisse !

    • Son grand voisin « condescendant »: là vous tombez enfin le masque malgré vos envolées lyriques sur la France que finalement vous aimez pas temps que ça ! Mais c’est pas grave : vous avez le droit, c’est juste que l’on comprend mieux vos positions.
      Sur ceux revenons au f35 pour les Suisses. À par dire que c’est le meilleur système au monde vos arguments sont pauvres de persuasion. Le f35 est de génération 5 : terme commercial que LM utilise.
      Il est furtif : sa discrétion radar est bonne pour pénétrer une zone mais les nouveaux radars rattrapent leur retard et il y a aussi d’autres avion qui on des doctrines différentes pour éviter la détection.
      Il est un système d’armes connecté à d’autres systèmes : d’autres avions développent ces capacités sans avoir un logiciel encore pleins de problèmes non résolus ( et c’est les usa qui le disent).
      Il est mono réacteur et il consomme moins : mais relativement lourd donc sa viens ternir le bilan et il ne faut pas être ingénieur pour comprendre l’avantage d’avoir 2 réacteurs pour la sécurité en cas de problème ou de résilience en cas de dégâts au combat.
      Il est moin cher: c’est faux comparé au rafale.
      Il est beaucoup moins manœuvrant en combats et avec la doctrine d’identification visuel avant de détruire un potentiel ennemis le dogfigh n’est peut être pas fini.
      On s’entraîne sur simulateur: comme tous les avions moderne et c’est au contraire un aveu de faible disponibilité et de coût d’heures de vol plus cher que ses concurrents ( les chiffres ont été donnés et comparés).
      Pour finir il faudrait encore comparé les armes employés par ces différents vecteurs d’armes et pour le bvr le météor est ce qui se fait de mieux aujourd’hui ( que les f35 anglais utilisent), et je ne parle pas des systèmes de broyage et de leurre if et mag qui sont classifiés secret défense par les pays qui fabriquent ces systèmes d’armes ( avion de chasse).

      • Merci de demeurer correct dans vos commentaires. Vous n’êtes pas sur un forum donc les insinuations envers les autres lecteurs doivent cesser.
        Cordialement.

  16. Il n’y a pas que la votation qui se profile à l’horizon… D’après la presse, il va y avoir un audit du Contrôle fédéral des finances qui va éplucher la gestion des risques et les incertitudes financières autour du processus d’acquisition des F35. Il devrait y avoir un nouveau rapport qui pourrait tout remettre en cause…

  17. Phil,
    Moi aussi j’ai entendu dire que le conseil va déclarer nulle l’initiative dès qu’elle sera présentée !
    L’intérêt supérieur souverain de la fédération sera invoqué !
    Peut-on connaitre vos sources svp ? Il ne faut pas lancer des informations à la légère dans ce dossier, la désinformation étant omniprésente !

    • Bonjour, on va arrêter là les débats car vous sortez du cadre des commentaires d’article. Pour mémoire vous n’êtes pas sur un forum mais sur un site aéronautique ouvrant ses articles à commentaires. Merci de ne pas en abuser.

  18. Visiblement certains comme le dénommé Val Venaut ne comprennent rien donc je sévis. Je viens de modérer sa prose.
    Ici ce n’est pas un forum mais un site ouvrant ses articles à commentaire.
    Donc les débats n’ont pas lieu d’être.

  19. Bien que la Suisse ai pour principal partenaire économique l union européenne elle commerce plus volontiers avec les USA pour l achat de l’avion f15 je crois qu’il serait bien judicieux.de faire travailler ceux qui font vivre nos entreprises

Comments are closed.