L’Italie en passe de rejoindre le programme Sikorsky S-97 Raider X.

Les militaires transalpins sont-ils en passe de trouver une solution à l’épineux problème de la succession des hélicoptères Bell produits localement à l’époque d’Agusta ? Par la voix de son chef d’état-major, le général Luca Goretti, l’Aeronautica Militare a fait savoir qu’elle souhaitait élargir le partenariat entre le géant italien Leonardo et son homologue américain Lockheed-Martin. L’idée est de voir l’Italie embarquer dans le programme de l’hélicoptère de nouvelle génération S-97 Raider X. Les négociations sont déjà en cours.

Le partenariat Leonardo et Lockheed-Martin est déjà très fort en Italie puisqu’il permet à Cameri l’assemblage local de la majorité des chasseurs furtifs F-35A/B Lightning II vendus en Europe. Il est donc logique les militaires veuillent l’élargir au domaine des hélicoptères, via Sikorsky.
Surtout le général Goretti est depuis longtemps un fervent défenseur de l’alliance avec l’industriel américain autour de la technologie du double rotor contrarotatif coaxial. C’est celle-ci qui se trouve utilisée par Lockheed-Martin sur le S-97 Raider X. Le général italien ajoutant qu’un tel hélicoptère permet de maintenir un haut niveau de modernité pour l’Aeronautica Militare et pour l’Aviazione del Esercito. Selon lui la version de série intégrant l’Italie permettrait de remplacer d’ici la fin de la décennie trois modèles d’hélicoptères en service entre les deux forces. Il s’agit en priorité de la cinquantaine d’Agusta-Bell AB-212 Twin Huey de transport d’assaut et de liaisons et de la vingtaine d’AB-412 Grifone dédiés à des missions similaires ; et à plus lointain terme les plus anciens des actuels Agusta-Westland AW.139.

Agusta-Bell AB-412 Grifone de l’Aviazione del Esercito, l’équivalent italien de l’ALAT française.

Sur le papier la volonté du patron de la force aérienne italienne est tout à fait louable.
Sauf qu’il y a un hic, et de taille : Leonardo n’est actuellement pas totalement enclin à collaborer avec Lockheed-Martin et Sikorsky sur le programme du S-97 Raider X ! En effet l’industriel italien craint, sans doute à juste titre, que ce nouvel hélicoptère ne puisse causer du tort à son AW.249 actuellement en cours de développement avancé. Pour mémoire le S-97 Raider X doit permettre de préfigurer à la fois un hélicoptère d’assaut et de liaisons et un de reconnaissance armée et d’appui tactique rapproché.
Luca Goretti se veut rassurant sur la question, sachant pertinemment que sans l’accord de l’industriel jamais l’Italie ne pourra embarquer à bord du S-97 Raider X.

Plus étonnant est le refus catégorique du général italien de vouloir un accord avec l’historique partenaire Bell autour du convertiplane de nouvelle génération V-280 Valor également en cours de développement aux États-Unis. Pour lui une telle technologie ne serait pas viable au regard de la doctrine d’emploi italienne. Il sait forcément de quoi il parle.

Les négociations lancées par l’Aeronautica Militare avec d’un côté Leonardo et d’un autre Lockheed-Martin pourraient bien être décisive pour la défense italienne dans les prochaines années. Luca Goretti compte sur un effet F-35 Lightning II afin de pouvoir vendre dans un futur proche la version italienne du S-97 Raider X à des pays comme la Belgique, les Pays-Bas, ou encore le Royaume-Uni. Il est cependant peu envisageable qu’Allemands et Espagnols, et encore moins nous Français soyons sur ses tablettes. Leonardo n’est pas exactement notre partenaire privilégié pour les voilures tournantes.

Prototype du Sikorsky S-97 Raider X.

Quoiqu’il en soit le futur hélicoptère américain semble plus que jamais être une machine d’avenir, même pour l’industrie aéronautique européenne. Si le général Goretti réussit sa manœuvre il pourrait bien faire de Leonardo dans un futur proche beaucoup plus que le N°2 des hélicoptères en Europe.
Affaire à suivre.

Photos © Esercito Italiano & Lockheed-Martin.

PARTAGER
ARTICLE ÉDITÉ PAR
Arnaud
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.
articles sur les mêmes thématiques
Commentaires

2 réponses

  1. Merci pour cet article. Est-ce que la décision de ne pas travailler avec Bell pour son convertiplane V-280 Valor n’aurait pas un lien avec les difficultés de collaboration entre les deux entreprises au début du développement du Leonardo (Bell-Agusta) AW609? Je comprends aussi les craintes de Leonardo pour ses propres appareils.

  2. Adieux la possibilité de consolidation européenne et la possibilité de lancer un projet européen

Sondage

"Si la France devait mettre une des personnalités aéronautiques suivantes au Panthéon, laquelle vous semblerait la plus logique ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...
Dernier appareil publié

S.A.I. KZ II Træner

En 1945 la totalité des pays libérés de l’occupation allemande par les Alliés, et notamment par les Américains et le Commonwealth en Europe occidentale, avait

Lire la suite...