C’est l’un des jets d’entraînement actuellement les plus en vogue. L’Aero L-39NG tchèque pourrait tirer son épingle du jeu au Guatemala où une compétition est en train d’être lancée afin d’acquérir un petit lot d’avions de ce genre. Il s’agit d’une conséquence de l’annulation en 2020 de la commande passée auprès de l’Argentine pour le FAdeA IA 63 Pampa III. D’ores et déjà il semble assurer que ce constructeur sud-américain en soit exclu.

Le gouvernement guatémaltèque avait mis en avant le manque de transparence de la part de l’avionneur argentin autour du contrat qui les unissait. Et très vite des brouilles étaient apparues, allant donc jusqu’à l’annulation du contrat à peine six mois après la signature de celui-ci. Dès lors la Fuerza Aérea Guatemalteca avait annoncé vouloir trouver un nouveau jet d’entraînement aux capacités réduites d’appui tactique et de reconnaissance. Malheureusement la crise pandémique du Covid-19 à partir du printemps 2020 a empêché la réalisation de ce projet. Le gouvernement guatémaltèque sort désormais la tête de l’eau et relance le programme.

FAdeA et son IA 63 Pampa III étant hors de course cela laisse sa chance à d’autres aéronefs. Et la presse locale parlement désormais de plus en plus de l’Aero L-39NG, une version occidentalisée et profondément rajeunie du vieil L-39 Albatros tchécoslovaque de la guerre froide. Pour autant sur une telle compétition, et même si l’objectif n’est pas de commander plus de quatre avions, d’autres avionneurs devraient se faire connaitre. On pense évidemment au Leonardo M-345 italien, lui aussi dérivé d’un jet d’entraînement d’ancienne génération puisqu’il s’agit du SIAI-Marchetti S.211. Il n’est pas impossible que l’avionneur chinois Hongdu propose son JL-8 et que BAE Systems avance son Hawk AJT issu du célèbre BAe Hawk des années 1980.
Le marché semble donc assez ouvert. La Russie ne sera pourtant pas la bienvenue. Le Guatemala a en effet très tôt apporté son soutien diplomatique et humanitaire à l’Ukraine suite à l’agression qu’elle subit depuis février. Mauvaise nouvelle donc pour Yakovlev et son Yak-130 Mitten qui peine à se relancer sur les marchés internationaux.

Fait particulier la compétition guatémaltèque ne vise pas à remplacer un avion existant. Il s’agit plutôt de combler un vide laissé depuis une vingtaine d’années et le retrait du service des vieux Fouga CM.170 Magister d’origine française.

S’il venait à l’emporter l’Aero L-39NG marquerait un peu plus son terrain. Il s’agirait de sa première implantation militaire en Amérique Centrale, et même en Amérique tout court ! Il a actuellement été vendu au Ghana, en Hongrie, au Sénégal, et au Vietnam confirmant peu à peu son succès grandissant.

Photo © Aero Vodochody.

Publicité

2 COMMENTAIRES

  1. Pas de magister au Guatemala Arnaud
    C était au Salvador.
    Au Guatemala c est avion école PC-7 utlise aussi en COIN ( a bout de souffle -5 en etat de vol)
    Et T-33 retiré début 2000 ils faisaient du coin aussi
    Quelques À-37 encore en service peut être 2 ou 3

    • En effet le Salvador a bien fait voler le Magister français. Le Guatemala aussi, avec des avions de seconde main. Ça tombe bien de ce fait que le Guatemala soit le sujet ici.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom