Hélicoptère tri-turbine à long rayon d’action pouvant voler par tous les temps de jour comme de nuit, le CH-149 Cormorant est la vedette incontestée des Anges jaunes canadiens. En service depuis 2002 au sein de l’Aviation royale canadienne (ARC), la flotte de CH-149 a franchi en 2021 le cap des 100 000 heures de vol. Depuis deux décennies, les CH-149 ont effectué des milliers de missions de sauvetage, que ce soit en haute montagne dans les Rocheuses ou en survolant les eaux de l’Atlantique, du Pacifique et de l’Arctique. De la quinzaine d’appareils initialement acquis, deux furent perdus à la suite d’écrasements, dont un accident qui a coûté la vie à trois secouristes en 2006.

CH-149 Cormorant à la montagne
CH-149 Cormorant à la mer

La ministre canadienne de la Défense nationale, annonçait récemment l’octroi du contrat visant la modernisation des CH-149 Cormorant (AW101-511) au niveau des AW101-612 SAR Queen opérationnels depuis 2020 en Norvège. Les améliorations incluent notamment de nouvelles turbines GE Aerospace CT7-8E à commande numérique plus puissants, et une modernisation en profondeur de l’avionique. Devant être livrés entre 2026 et 2029, les Cormorant ainsi rajeunis poursuivront leur mission jusqu’en 2042.

AW101-612 SAR Queen

À la flotte s’ajouteront trois nouveaux Cormorant. Il s’agit d’hélicoptères AW101-519 qui seront également modernisés et convertis en appareils de recherche et sauvetage. Ces trois appareils font partie d’un lot de neuf VH-71 Kestrel acquis des États-Unis en 2013. Ces hélicoptères étaient destinés au transport présidentiel, mais des dérapages budgétaires ont fait en sorte de privilégier une alternative «Made in USA», soit le Sikorsky VH-92 Superhawk. Acquis par le Canada pour la modique somme de 164 millions de dollars, ces cellules neuves sont depuis entreposées et utilisées comme gisement de pièces de rechange. Les Cormorant additionnels seront basés à Trenton sur les rives du lac Ontario. On l’oublie souvent, mais les Grands Lacs sont le quatrième front maritime du Canada. De soudaines et violentes tempêtes surprennent fréquemment les marins de ces véritables mers intérieures. Actuellement, ce sont des biturbines Bell CH-146 Griffon qui assument les missions de recherche et sauvetage dans cette région. Ils seront remplacés par les plus puissants Cormorant. Rappelons que les Griffons font également l’objet d’un programme de modernisation annoncé en 2022.

Maître d’oeuvre du programme de modernisation des Cormorants, Leonardo Helicopters a déclaré que la majorité des travaux seront effectués par son principal sous-traitant canadien soit IMP Aerospace and Defence en Nouvelle-Écosse épaulé des partenaires GE Canada et Collins Aerospace Canada. Parallèlement, un contrat est confié à l’entreprise québécoise CAE pour la conception et la fabrication d’un nouveau simulateur de vol pour la formation des pilotes. La facture pour l’ensemble de l’œuvre s’élève à 1,24 milliard de dollars.

Pour les Kestrel qui se réincarneront en Cormorant, il m’apparaît que sauver la vie de marins en détresse dans les eaux glaciales et déchaînées est une mission plus noble que servir de simple taxi pour le locataire de la Maison blanche. Longue vie aux Cormorant et à leurs courageux équipages !

VH-71 Kestrel
Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom