Véritable ambassadrice de l’Aviation royale canadienne (ARC), la patrouille acrobatique des Snowbirds devra changer de montures d’ici 2030. En effet, les increvables Canadair CT-114 Tutor ne sont pas éternels. Ils pourrait bien être remplacés par des mono-réacteurs italiens M-345 Tutor II. C’est du moins ce que propose Leonardo Canada qui participe à l’appel de propositions dans le cadre du Programme de formation des futurs équipages de l’ARC. Il combinera deux programmes de formation existants qui font appel à l’approche partenariat public/privé et qui prendront fin en 2027.

Géré par l’entreprise canadienne KF Aerospace, le Programme de formation en vol et services de soutien prodigue la formation de base sur monomoteurs, multimoteurs et hélicoptères. Les aéronefs de ce programme, soit des Grob G.120A, des Super King Air BE-350 ainsi que des hélicoptères Bell 206 et 412, ont fait leur nid sur une ancienne base militaire située à Portage-la-Prairie au Manitoba. Bien qu’ils arborent la cocarde de l’ARC, ces aéronefs n’ont pas de désignation militaire et affichent plutôt une immatriculation civile. Pour ce qui est des hélicoptères, Leonardo propose ses mono-turbines AW.119K Koala et biturbines AW.109ST Trekker.

AW.119 Koala
AW.109 Trekker

Quant au Programme d’entraînement en vol de l’OTAN, l’entreprise québécoise CAE agit comme maître d’œuvre. Leader mondial dans le domaine de simulateurs de vol, CAE a également développé une expertise d’intégrateur de systèmes de formation. Ce programme couvre les phases II à IV de la formation des pilotes, tant pour les besoins du Canada que ceux des pays alliés participants. Il est dispensé aux bases de l’ARC à Moose Jaw, en Saskatchewan, et à Cold Lake, en Alberta. Les avions utilisés à cette fin sont des CT-156 Harvard II et CT-155 Hawk. En remplacement des CT-156, Leonardo propose son mono-réacteur M-345 HET (High Efficiency Trainer). Leonardo affirme que son M-345 a un coût de cycle de vie similaire, et des performances globales supérieures, à celles d’un avion à turbopropulseur de la classe du Pilatus PC-21. Pour la phase IV du syllabus, requis pour les futurs pilotes d’avions de combat, Leonardo préconise son biréacteur M-346 FT (Fighter Trainer) en remplacement des CT-155. Un tel choix serait judicieux car, contrairement au CF-188 Hornet disponible en version biplace pour l’entraînement, le futur avion de combat canadien F-35 n’existe qu’en version monoplace.

M-345 HET
M-346 FT

D’une durée de 20 ans et estimé à au moins 5 milliards de dollars, le gouvernement du Canada prévoit attribuer le contrat en 2023. Deux finalistes sont encore en lice, soit l’équipe européenne Babcock Leonardo Canadian Aircrew Training (BLCAT) et SkyAlyne constitué des entreprises canadiennes CAE et KF Aerospace qui ont uni leurs forces. Contrairement à Leonardo, SkyAlyne demeure très discrète sur les aéronefs privilégiés.

Bien que ne faisant pas partie de l’actuel appel de propositions, Leonardo fait valoir que son M-345 HET Tutor II serait une solution économique pour remplacer les vénérables Canadair CT-114. D’autant plus que les Snowbirds ont également comme port d’attache la base de Moose Jaw facilitant ainsi la mutualisation de l’entretien des aéronefs. Des Snowbirds à l’accent italien? Mamma mia !

M-345 Tutor II aux couleurs des Snowbirds (vue d’artiste)
Publicité

3 COMMENTAIRES

  1. Ce qui est assez rigolo c’est que donc les Snowbirds voleront sur la même monture que les Frecce Tricolore. En effet la patrouille italienne doit remplacer prochainement ses fameux MB-339 par le M-345. Une présentation commune serait intéressante, quoi que hautement improbable.

    PS : C’est un article que l’ami Marcel a eu bien du mal à nous proposer, et ce n’est ni de sa faute, ni la mienne, ni même de celle Gaëtan. 😉

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom