À Singapour l’Aero L-39NG a marqué des points.

Il est actuellement l’avion d’entraînement avancé qui a le plus le vent en poupe. Jusqu’à hier se tenait l’édition 2024 du Singapore Air Show, un des plus importants salons aéronautiques d’Asie. Et l’avionneur tchèque Aero Vodochody y présentait, comme souvent d’ailleurs, son petit jet L-39NG qui y a encore fait sensation. On sait désormais qu’au moins trois pays asiatiques s’y intéressent, à divers degrés cependant.

Il est désormais évident que la stratégie d’Aero Vodochody pour ce L-39NG est mondiale. Après avoir vendu des exemplaires au Vietnam le constructeur se tourne désormais vers d’autres marchés asiatiques, et pas uniquement en remplacement des vieux L-39 Albatros hérités de la guerre froide. D’ailleurs le pays avec lequel les négociations avancent le mieux vole actuellement sur trois SIAI-Marchetti S.211. C’est en effet la Philippines Air Force qui souhaite ardemment remplacer ces avions acquis dans les années 1980 et désormais obsolètes, notamment au niveau de l’avionique. On parle d’un contrat de six à neuf avions qui serait mis en parallèle de celui du Multi Role Fighter ayant actuellement dans ce pays. Aero Vodochody espère une conclusion du contrat avant Noël 2024, c’est à dire seulement quelques semaines après que les Philippins aient choisi lequel du Lockheed-Martin F-16V Viper ou du Saab JAS 39E/F Gripen assurera leurs missions de combat. Contrairement à une idée reçue Leonardo et son M345 ne sont pas en compétition, alors même que cet avion dérive directement du S.211.

Si le contrat philippin semble vraiment en bonne voie il faut savoir que deux autres pays asiatiques s’intéressent désormais au L-39NG. On parle notamment de l’Indonésie qui cherche depuis quelques mois à remplacer ses sept derniers BAe Hawk Mk-109 qu’elle juge désormais inadaptés à ses futurs Dassault Aviation Rafale F4 désormais pleinement commandés. Là par contre l’avion tchèque serait en opposition avec son concurrent italien, qui lui n’a pas encore débloqué son compteur à l’export. Le contrat est estimé à entre dix et douze machines. Enfin le contrat sans doute le moins assuré est celui qui tournerait actuellement autour de l’acquisition de quatre à six exemplaires par le Bangladesh. Après avoir fait souffler le chaud et le froid autour des Dassault Aviation Rafale et Eurofighter EF-2000 Typhoon sans jamais rien finaliser ce pays n’est plus vraiment pris au sérieux par les avionneurs européens. Il y est cependant question de remplacer les L-39C datés des années 1970 et désormais quasi hors d’usage.

Malgré donc un Bangladesh assez peu crédible vous remarquez que l’Asie aussi commence à se tourner vers l’Aero L-39NG. Et si on tenait là un véritable succès international capable de faire oublier le flop commercial qu’a été le L-159 ALCA ? Ce serait fabuleux pour l’avionneur tchèque et ses employés.

PARTAGER
ARTICLE ÉDITÉ PAR
Arnaud
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.
articles sur les mêmes thématiques
Commentaires

2 réponses

  1. J’ai toujours adoré les lignes du L-39. Sans être une beauté comme le Mirage 2000 ou le F-16, je trouve que le L-39 a un côté intemporel. Peut-être suis-je biaisé par le fait qu’il a servi au sein de nombreuses forces aériennes, sur une période très longue. Par contre, le cockpit du L-39C a réellement vieilli, et celui du L-39NG n’a (heureusement) plus grand-chose à voir. J’espère moi aussi qu’Aero réussira à vendre cet appareil.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sondage

"Si la France devait mettre une des personnalités aéronautiques suivantes au Panthéon, laquelle vous semblerait la plus logique ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...
Dernier appareil publié

S.A.I. KZ II Træner

En 1945 la totalité des pays libérés de l’occupation allemande par les Alliés, et notamment par les Américains et le Commonwealth en Europe occidentale, avait

Lire la suite...