C’est sans doute l’information aéronautique de la semaine, et elle tombée il y a quelques heures seulement ! L’Indonésie devient le sixième client étranger du chasseur omnirôle français Dassault Aviation Rafale avec trente-six exemplaires commandés. Le contrat initial d’achat a été signé par le ministre indonésien de la défense, monsieur Prabowo Subianto. La seconde partie du contrat, plus protocolaire, aura elle lieu à la fin de l’année.

Le suspens n’en était pas vraiment un.
Depuis plusieurs semaines l’Indonésie faisait savoir qu’elle avait l’intention d’acquérir l’avion français, notamment depuis que l’Inde avait démontré sa supériorité lors des accrochages frontaliers avec la Chine. Or la plus grande puissance musulmane de la planète est elle aussi en conflit larvée avec les forces chinoises. Le Dassault Aviation Rafale et sa capacité omnirôle jouent donc au game changer.

Un lot de trente-six Rafale au standard F3R, voilà qui va permettre une profonde mutation de la force aérienne indonésienne. L’heure de la retraite, ou peut-être de la revente, va bientôt sonner pour les cinq Sukhoi Su-27SKM Flanker et la vingtaine de BAe Hawk Mk-209.

D’ici à début décembre 2021 que la seconde partie de la commande soit signée par les plus hautes autorités françaises et indonésiennes les parties en présence vont devoir régler quelques petits détails comme la présence ou non d’une avionique indonésienne ou encore une part de transfert technologique vers l’avionneur local Nurtanio.
La première partie du contrat aurait en fait été signé en début de semaine, ce lundi 7 juin 2021. Les médias locaux, internationaux, et spécialisés ont donc mis quatre jours pour découvrir la vérité.

À la différence de la Grèce ou très récemment de la Croatie ce sont bien des Dassault Aviation Rafale F3R intégralement neufs que l’Indonésie a commandé. Cette fin de printemps 2021 va rester historique pour l’avionneur clodoaldien, et ce alors même que le Salon du Bourget a été annulé.
D’ici à décembre prochaine nous aurons sans doute l’occasion de revenir sur ce contrat, dès lors qu’on en saura un peu plus sur lui.

Photo © Armée de l’Air et de l’Espace.

 

Publicité

42 COMMENTAIRES

  1. Et 1 commande de plus… Indonésie : +36, champagne, 100 Rafale en 6 mois… On est pas mal. Et c’est pas fini… Dans 10 jours avec la Suisse, 140, puis en décembre avec la Finlande, 200..!!!!… Le vent tempétueux et soudain se transforme en tempête… accrochez vous bien, ça va envoyer…
    Vive le Rafale

    • Que du bonheur pour la France. Avec DASSAULT, la démonstration de l’avionneur qui possède le RAFALE un des meilleurs avions du monde.Ses qualifications omiroles font du F3R un rapace des airs sans égale.
      Fierté pour tous nos industriels.

  2. Formidable !
    Et merci à l’équipe d’avions légendaires pour votre travail.
    Un passage de votre article m’interroge, vous dites:  » depuis que l’Inde avait démontré sa supériorité lors des accrochages frontaliers avec la Chine.  »
    Vous n’auriez pas un article ou un lien ?
    Merci

  3. Doucement, pas d’emballement, les SU 35 avaient aussi passé cette étape, et puis les négociations finales avaient traîné, traîné… pour finalement ne déboucher sur rien.
    Ce n’est pas du Rafale Bashing (je suis totalement fan de ce zinc) mais de la prudence.
    PAr ailleurs, des Rafales au-dessus de paysages indonésiens, cela aurait une sacrée gueule et ferait des photos géniales.

    • Personne ne fait la course avec personne L’huillier. Les gens de chez Air & Cosmos sont des journalistes, nous non. Une fois encore votre commentaire reflète votre personnalité de petit hater sans envergure. Dommage la dernière fois vous nous disiez que plus jamais vous ne commenteriez ou même ne liriez nos articles, je me faisais une joie que l’on ait perdu un troll comme vous. Vous revenez, je suis déçu.

        • Ah notre cher troll L’huillier qui passe son temps à nous lire et nous commenter tout en trouvant nos articles globalement médiocres. C’est du masochisme de sa part ou quoi, car moi quand je n’aime pas un média je ne le lis pas et je ne vais encore moins le commenter. Ou bien L’huillier a t-il ou a t-elle tant besoin que ça d’exister ? Mystère…

  4. Bonjour,

    Excellente nouvelle !

    Mais est ce que les cadences de production vont suivre ? Dassault peut-il aussi facilement les doubler ? Les fournisseurs arriveront-ils à suivre ?

    Je pense que ça serait un super sujet d’article.
    D’ailleurs j’attends encore mon article sur l’évolution du standard F1 au F4 avec ses principales différences. 🙂

    • @ Julien
      Les commandes et les toasts ne doivent pas faire oublier l’essentiel : la chaîne tourne à 70 % de sa capacité et sort 2 appareil ms par mois quand elle pourrait en faire 30.
      Les problématiques avec les sous traitants sont au cœur des manœuvres du ministère des armées qui fait beaucoup d’efforts pour maintenir la chaîne à un rythme constant, et ne.as tomber en dessous du ministère m de 11 avions par an…
      Pour le.reste: les Grecs ne sont pas livrés avant deux ans, les Croates avant trois, et les Suisses ont besoin de preuves tangibles pour s’engager sur un avion qui sera choisi maintenant, mais ne volera sous leurs couleurs avant…. Longtemps.

      • Les Suisses désirent être livré entre 2025 et 2030 quel que soit l’avion choisit…En montant progressivement la ligne de prod à 3 par mois, il y a largement le temps d’en sortir ~110 d’ici 2025 (22 + 22 + 33 + 33) et ainsi finir d’honorer les commandes de l’Egypte, de la France et de l’Indonésie (30 + 39 + 36) pour commencer à livrer la Suisse en 2025.

  5. Belle récompense pour un chasseur polyvalent, équilibré, performant et d’une grande finesse aérodynamique. A cela s’ajoute une évolutivité permanente qui permet son maintien au top de la technologie. Il s’affirme comme le best-seller de la décennie qui s’ouvre. Et ce n’est que justice. Impatient de voir les futurs développements notamment pour les besoins des Émirats…
    Encore bravo pour votre site. Il fait honneur à l’aéronautique…

    • Justement James, Gaëtan et moi nous en discutions hier en fin de journée. Il a deux affiches en retard, je sens qu’il va encore s’amuser.

    • Sauf que ce n’est pas une lettre d’intention mais un contrat initial d’achat. Relisez bien l’article Bouiss, vous y verrez votre erreur. 😉

  6. Les journalistes deviennent blasés des ventes de rafales car n’en parlent pas hormis vous et air&cosmos, peut être une gêne quant aux attaques passées contre Dassault et son « avion trop cher trop sophistiqué, invendable, dont le développement a été soutiré a la France par Dassault, fait seul à cause de Dassault alors que le programme Eurofighter est un succès » etc etc etc et j’en oublie beaucoup des verbiages des « spécialistes » car pas le courage de l’exhaustivité.

  7. Il est certain que l’inculture en terme de défense et plus encore d’aéronautique ne permet pas de donner des infos objectives dans les principaux médias. Heureusement que les sites comme celui ci vehicule la réalité des faits

  8. Tant que le Rafale tentait de tailler des croupières au F-35, il n’est arrivé à RIEN ! Maintenant qu’il a trouvé son terrain des pays émergeants aux besoin technologiques éprouvés mais moins avancés, il cartonne ! Je ne sais pas si c’est un hasard, mais je suis persuadé qu’ils auraient gagné quelques années s’ ils avaient compris chez Dassault que le F-35 et le Rafale ne jouent pas dans le même match ! Une fierté mal placée peut décidément couter très cher !

    • Bonjour,
      Ne serait-ce pas plutôt que les déboîres de la daube F35, maintenant quasi-officiels avec l’USAF qui traîne des pieds pour en recevoir de nouveaux, commencent à être un peu trop connus pour que les clients potentiels puissent même faire semblant d’y croire?
      Lorsque, en lieu et place de cette poubelle volante (et encore, volante…), les US commenceront à proposer sur le marché le F-15 EX, ou le « dernier » F-16, y aura-t-il encore des gens pour prétendre que le Rafale est d’une conception trop ancienne???
      En effet, F-35 et Rafale ne jouent pas dans le même match, l’un vole (et plutôt pas mal) et l’autre est une « hangar queen ».

        • Bonjour Arnaud,
          Certes le F35 n’était pas en lice, mais Postavia rapprochait explicitement les 2 avions, puisque selon lui le Rafale n’arrivait à rien tant qu’il « tentait de tailler des croupières au F35″… ou prétendant que les 2 avions ne boxaient pas dans la même catégorie….
          Bonne soirée.

    • Une armée achète un avion de combat, non pas pour ce qu’il est mais pour réaliser les missions dont elle a la charge.
      J’ai lu dans le passé que Dassault a suggéré qu’il est possible d’utiliser le Rafale d’une manière différente pour réaliser les missions envisagées pour le F-35, même cible mais profils de vol différents pour profiter du relief, un avion recherche et détecte la cible mais c’est un autre qui tire l’arme, etc…

      • @James
        Vous illustrez à merveille mon propos lié à cette confusion des genres que Dassault entretient par rapport au Rafale. On a affaire avec le F-35 à deux avions totalement différents et il aurait été mieux valu que Dassault mette en avant les qualités certaines de son avion plutôt que de le positionner par rapport à son concurrent . C’était une démarche suicidaire ! N’importe quel commercial vous dira que la segmentation et la différenciation est un facteur essentiel de vente. Dans votre post, vous sous-entendez l’idée que le Rafale peut faire « aussi bien » que le F-35. Vous induisez de fait l’idée que le standard à suivre est le F-35 ; grosse erreur ! Pourquoi constamment le positionner par rapport à son concurrent contre lequel il ne peut pas lutter. Et faire constamment référence aux déboires du F-35 comme certains le font ne fera pas vendre un Rafale de plus ! En stratégie commerciale, un produit mal positionné brouille la perception de l’acheteur qui veut clairement comprendre et identifier ce qu’il achète. Une bonne stratégie commerciale aurait consisté à capitaliser sur l’image positive des modèles Dassault qui volent dans le monde entier depuis 60 ans et qui sont parmi les avions les plus identifiés dans le monde ! Étonnant paradoxe pour une société qui ne se trompe pas de stratégie pour ses Flacons qu’elle vend extrêmement bien !

        • Je n’ai jamais pensé que le F-35 est un standard et qu’il faut l’adopter. Il possède des caractéristiques (furtivité, fusion des données, etc) qui sont en soi utiles pour effectuer des missions bien spécifiques, c’est l’ensemble de l’avion qui n’est pas réussi.
          Je partais du fait que quant un client choisit le F-35 pour des missions bien précises, on pourrait lui proposer que le Rafale aussi peut effectuer ces missions mais d’une autre manière c’est tout.

  9. Est-ce qu’on sait ce qu’il en est de l’armement souscrit avec cette vente ? Parce qu’avoir des Rafale, c’est bien, mais un Rafale avec des METEOR, c’est mieux. C’est surtout ce couple-là qui change la donne.

  10. Bonjour,
    Puisque le standard F4 se profile et les premiers doivent être livrés en 2023, je me demande s’il est pertinent d’acheter des F3R neuf au lieu de F4?
    Ces avions ne risquent t’ils pas sortir d’usine alors que des F4 eux aussi sont livrés à la France ou autre pays?
    A t’on des indices sur le choix du F3R par l’Indonésie au lieu du F4 (prix, délais nécessaires, choix conservateur d’une version éprouvée, choix non défiitif)?

    • Il me semble que bientôt les F3-R sortis d’usine sont upgradables en F4.2, c’est à dire F4 pleine capacité, tandis que ceux actuels ne sont upgradables qu’en F4.1
      Après je suppose que le standard F4 est plus cher que le F3-R

  11. Olivier
    Vous êtes décidément bien mal renseigné,
    L’Usaf n’a pas commandé de F-35 cette année car ils attendent le passage de l’avion au nouveau standard. En attendant et pour utiliser leur budget l’Usaf à commandé des F-15. C’est dit sur tout les blog US ! Décidément, il n’y a pas plus sourd que celui qui ne veut pas entendre !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom