Après le F-35A Lightning II la Turquie essuie un véto sur l’EF-2000 Typhoon !

Le régime autocratique de Recep Tayyip Erdogan paye t-il ici ses coups tordus à l’international ? Alors qu’Ankara souffle le chaud et le froid avec le Lockheed-Martin F-16V Viper américain sur fond de négociations autour de l’entrée de la Suède dans l’OTAN c’est l’Allemagne qui entre désormais dans la danse. Berlin s’oppose catégoriquement à la vente de quarante Eurofighter EF-2000 Typhoon à la Turquie. On en finit par se demander qui acceptera encore de lui vendre des avions de combat dignes de ce nom.

Depuis le mois dernier on savait que la Turquie négociait l’acquisition de 40 chasseurs européens. Des discussions qui avaient lieu principalement entre d’un côté Ankara et de l’autre Berlin et Rome. Sauf que ce mercredi 13 décembre 2023 la diplomatie turque a fait savoir que les autorités allemandes s’opposaient totalement à ce contrat, comme elles l’avaient fait avec l’Arabie Saoudite il y a quelques semaines. En fait Berlin a des valeurs humaines et des convictions sur les droits de l’homme et les droits de la femme. Et surtout Berlin ne transige pas dessus. Dans les faits Ankara subit ici le courroux d’une Allemagne qui n’a pas digéré que la Turquie se soit immiscée dans le conflit entre Arménie et Azerbaïdjan, assurant ainsi une victoire militaire nette à cette dernière. La question du Kurdistan et le respect des valeurs humaines fondamentales qui y sont bafouées est aussi une pierre d’achoppement pour Berlin.

Mais au fait pourquoi Ankara cherchait t-elle à acheter des Typhoon Tranche 4 produits par Airbus DS et Leonardo ? Il s’agissait en fait là d’un pis-aller. La première option de la Turquie avait été de rejoindre le programme Joint Strike Fighter. Malheureusement quand Erdogan a choisit de faire copain-copain avec Vladimir Poutine en lui achetant des batteries de DCA S-400 cela n’a pas exactement plu à Donald Trump. L’ex Président des États-Unis a immédiatement décidé de virer la Turquie, lui fermant la porte au chasseur furtif Lockheed-Martin F-35A Lightning II. L’année suivante le dirigeant turc crut pouvoir revenir dans le programme d’avion de 5e génération après la victoire électorale de Joe Biden. Manque de chance pour Erdogan le nouveau président américain avalisa la décision de son prédécesseur. Il en était bel et bien fini de la Turquie et du F-35A Lightning II. Il lui fallait donc pouvoir trouver un remplaçant afin d’en faire son deuil.

Et le choix se porta logiquement sur l’Eurofighter EF-2000 Typhoon. Le Dassault Aviation Rafale F4 n’avait aucune chance. Non pas que la Turquie n’en aurait pas voulu c’est surtout que la France aurait refuser de le vendre à un pays dont le dirigeant avait publiquement insulté notre Président de la République. Tout le monde se souviendra de la sortie de Recep Tayyip Erdogan en 2020 sur la «santé mentale» d’Emmanuel Macron. Quant au Saab JAS 39E/F Gripen il n’avait aucune chance d’être acquis puisque justement la Turquie et la Suède sont en bisbilles autour de l’accueil par la Suède de réfugiés politiques turcs. Des réfugiés que le régime autocratique Erdogan considère comme des terroristes.

En quatre ans donc la Turquie s’est essuyée deux vétos sur deux avions de combat majeurs. Dans l’histoire des contrats d’achat d’avions de combat c’est assez inédit. Et surtout cela montre que ce pays n’a pas le poids diplomatique et militaire qu’il clame partout avoir. Qui alors peut désormais lui vendre des avions ? Personne. Ou plutôt personne au strict sens des critères de qualité de l’alliance Atlantique. On parle du retour de l’avionneur russe Sukhoi autour du Su-35 Flanker-E ou bien du consortium sino-pakistanais Chengdu-PAC et de son JF-17 Thunder. Sauf que ces deux avions de qualité bien inférieure aux F-35A et EF-2000 excluraient de facto la Turquie de l’OTAN. Le jeu en vaut-il la chandelle pour elle ?

Affaire donc à suivre.

Photo © Luftwaffe.


En savoir plus sur avionslegendaires.net

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

PARTAGER
ARTICLE ÉDITÉ PAR
Picture of Arnaud
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.
articles sur les mêmes thématiques
Commentaires

34 Responses

    1. Le moteur est américain.
      La Turquie en produit sous licence mais Séoul se mettrait en porte-à-faux face à son puissant allié.

  1. L’occident rèalise souvent des ventes d’armes pour tenir certains régimes en laisse.
    Là, on laisse à la Turquie le temps de se déclasser tout en lui offrant une opportunité de se doter de son propre arsenal, et de devenir à terme un concurrent comme la Corée du Sud citée plus haut.

  2. Ne pas oublier l’allumage de la frégate Courbet par le radar de tir d’un navire militaire turc lors d’un contrôle maritime au large de la Libye, ce qui jeta un froid au sein de l’OTAN.
    Et puis la vente de Rafale au voisin grec… bref, Erdogan et l’Europe, c’est compliqué.

  3. Mr Erdogan atteint les limites de sa politique d’affichage et de provocations. Le récent et timide rapprochement avec la Grèce pourra l’aider à re-gagner un peu de confiance mais il doit cesser ce double-jeu qui nuit à son pays.

    J’attends de lire les réactions du style ‘nous allons faire nos propres aéronefs de 6 ème génération », « notre BITD va se renforcer et concurencer les occidentaux »…

  4. Je ne peux m’empêcher d’avoir le sourire en lisant cet article, j’avoue.
    Après, même si le choix se pose sur un KF-21 ou autre, l’Allemagne bloquera également la vente de missiles Meteor. Ce qui va quand même laisser une avance à nos amis grecs.

  5. Enfin faudra bien lui donner quelques chose si on veut pas qu’il aille vers la Chine ou la Russie même si leur avion sont de moindre qualités il s’auront un peu plus la Turkiye dans leur giron.

    1. Une Turquie qui achèterait des avions à la Chine et/ou à la Russie clarifierait les choses une bonne fois pour toute. Elle n’aurait alors sa place ni dans l’OTAN ni au conseil de l’Europe.

      1. c’est ce qui risque d’arriver si on continue dans ce sens. mais dans ce cas il faudra jouer les surpris….
        à se demander si l’affaire des s400 achetés en dernier recours car tout a refusé de leur vendre patriote ou samp/t a servi de leçon

        1. on ne peut donner nos meilleures armes à quelqu’un comme erdogan. Voyez ce qui arrive avec poutine en ukraine, nos armes doivent defendre les peuples libres contre les dictatures.

        2. @strider_on . Pensez-vous que les états majors turques envisagent sérieusement que leur pouvoir politique leur impose de fait une sortie de l’OTAN? Pensez-vous qu’ils voient un grand intérêt à des stratégies de défense communes avec la Russie? La Russie a t’elle fait preuve d’une efficacité militaire infaillible depuis 20 mois?
          Quant à la Chine, à quand remonte sa dernière guerre?

          Donc laissons le président Erdogan continuer à ergoter sur tout et rien pour remplir ses discours en interne, il ne prendra pas de décision radicale parce qu’il n’a pas le pouvoir d’en gérer les conséquences de manière favorable pour son pays. Je ne pense pas qu’il soit sénile, même si il présente (je trouve) des signes inquiétants, notamment dans la forme de ses discours… de plus je le trouve trés amaigri ces dernières années..

  6. Ils ne leurs reste plus qu’à sortir de l’OTAN, ils sont devenus des parias rejetés de tous dans cette organisation internationale. C’est de nouvelles alliances qui vont sûrement rabattre les cartes en Méditerranée.

      1. @Empreure Turk

        Je pense au contraire que la Turquie d’Erdogan devra écouter les « leçons » que les autres membres de l’OTAN lui serinent… Même si ça vous vexe.
        Les décisions de votre président ces dernières années ne sont pas frappées au coin du bon sens… c’est le moins qu’on puisse dire.
        Il a mis sa stratégie de défense en porte-à-faux d’une manière assez inconsidérée…sur le plan aéronautique : HOrs-jeu pour le F-35, refus peut-être temporaires- de kits pour les F-16, veto allemand pour les EF2000, difficultés pour les motorisations des futurs chasseurs de conception turque,
        + la méfiance suite à ses déclas sur la Grèce et ses véléités sur la mer méditerrannée..-…tout ça pour des batteries de défense anti-aérienne russes…

        Comme- en plus – il a cumulé les problèmes en interne (inflation, perte de majorité claire dans les instances politiques et même dans les idées), je pense qu’il va quand même falloir tenir compte des conseils…sinon, nous ne sommes pas prêts de voir un Khaan performant

        1. Vous pensez connaître tout,mais la Turquie joue au chat et souris avec l occidentale il ne fait que gagner du temps pourconsttuire son avion ,car le danger pour la Turquie ne peut venir que de l occident ,
          Et pour la technologie il est redoutable ne vous méprenez pas, la preuve avec ces drôles défense air nationale,missile etc..donc ne croyez pas que vous le bloquez,il gagne tout simplement du temps.

  7. Qui sème le vent… récolte la tempête. L’In Sultan Erdogan est allé trop loin dans ses provocations et invectives en tout genre. Et le passé ne joue pas en faveur des Turcs : 400 ans d’occupation ottomane de la région hellénique ont laissé des traces (et pas que des bonnes) et beaucoup de rancoeur de la part des Grecs (entre autres).
    Erdogan pourrait visiter l’Australie où il apprendrait ce que signifie l’effet boomerang.

    1. Surtout que l économie turque s enlise, une forte inflation, des relents de petit islamistes anti culture,art, science et mettre la technologie au service de la barbarie et des annexions territoriales. N empêche que nos voisins allemands ils ont une sacrée paire de calots pour envoyer promener celui qui représente la première communauté non européenne du pays. A croire qu ils ont des principes et qu ils ne se cachent pas derrière. C est assez remarquable en 2023. Concernant les avions (dsl pour le hs précédent) la technologie turque est immature et manque de plusieurs briques technologique pour être indépendante et en particulier sur les moteurs et tant tout les domaines que ce soit aerien,terrestre, marin en civil ou militaire. Pour le moment le khaan n esr qu une maquette et personne ne voudra fournir ces fameuses briques pour unepuissance de seconde zone . Il parait inconcevable que la coree fournisse une alliance avec la turquie alors qu elle n a aucun mal a exporter sans elle. La ou c est assez inédit c est que l Allemagne et l Espagne sont deux pays avec la même couleur politique au sein des gouvernements et que autant l Allemagne est restée ferme autant l Espagne sort le tapis rouge à Iznogoud.

  8. Les commentaires remplis d’insultes, notamment homophobes et/ou racistes, et de menaces de violence ne sont pas publiés. Par contre on les conserve de côté au cas où ils se multiplieraient.
    Cordialement.

  9. Et si la Turquie tentait de commander des Gripen en contrepartie de la fin de son veto à l’adhésion de la Suède dans l’Otan ?? Par contre le réacteur du Gripen est américain …

  10. Il faut regarder l’image dans son ensemble.
    Le consortium comprend 4 pays: UK, Allemagne, Espagne et Italie.
    Seul l’Allemagne s’oppose aux contrats Saoudien et Turc. Et quand je dis s’oppose, je parle du gouvernement. Une partie de la classe politique, Les industriels ainsi que les syndicats sont forcements pour. Il y a un débat assez houleux en interne à ce sujet. Et ce n’est pas si claire et rigide comme position.
    Position allemande qui a pour nature d’irriter hautement les autres pays associés du projet EF.
    Actuellement des solutions de process industriels sont étudiés pour by-passer l’Allemagne.
    Cette affaire n’est pas finie, loin de là.
    Un autre point intéressant: la position allemande vis à vis de la Turquie est assez intéressante: MTU a refusé la vente du groupe moto propulseur pour le projet Altay mais n’a pas hésité à fournir les moteur du projet Milgem… bref, je ne penses pas que l’on peut parler de décisions a géométries variables.

  11. Alors a quand leur intérêt pour le rafale?
    Car pour le moment il est plutot dans le bouillon pour se trouver des aéronefs occidentaux.
    Ou alors il va devoir taper dans les game moins hy tech. (Tcheque…)
    Le voisin grec se fend deja la poire.

    1. La France n’acceptera jamais de vendre le Rafale a un client aussi peu fiable que la Turquie. N’oublions pas que Paris exige toujours qu’Ankara reconnaisse sa responsabilité dans le génocide arménien. Et avec Erdogan au pouvoir ce n’est pas près d’arriver. Donc le Rafale sous leur livrée est inconcevable !

Sondage

Lequel de ces avions symbolise le mieux pour vous le 90ème anniversaire de l'Armée de l'Air et de l'Espace ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...
Dernier appareil publié

DFS Olympia Meise

Dans les années 1930, les prouesses aéronautiques fascinent les foules. Il était donc dans l’air du temps d’inclure le Vol à voile comme discipline de démonstration aux

Lire la suite...