Il lui aura fallu moins d’un an pour se décider à commander de nouveaux avions français. La Tentara Nasional Indonesia Angkatan Udara a annoncé disposer d’une provision de 3.9 milliards de dollars US afin de s’équiper de nouveaux équipements dont des avions de combat supplémentaires. Et dans cette somme une partie sera à destination de l’avionneur français Dassault Aviation et de son chasseur vedette, le Rafale F4. Sachant qu’en début d’année cette force aérienne indonésienne s’est déjà engagée pour quarante-deux de ces avions de dernier cri.

Trois milliards neuf-cents millions de dollars américains c’est une somme énorme. C’est en marge du sommet du G20 qu’elle organisait que l’Indonésie a fait cette révélation, s’empressant de parler avant tout du Dassault Aviation Rafale F4. Un peu comme si l’avion de combat français était devenu un signe extérieur de réussite pour une force aérienne et pour son pays. Cependant on ignore encore actuellement si ce sont douze ou dix-huit avions au standard F4 qui seront commandés. Le client reste évasif, le fournisseur comme à son habitude totalement muet.
Avec cette provision de près de quatre milliards de dollars US l’Indonésie confirme également racheter les Dassault Aviation Mirage 2000-5EDA/-5DDA actuellement au Qatar. Nous vous avions déjà parlé de son intention à ce sujet. Plus que jamais un axe Djakarta Saint-Cloud semble se dessiner.

Douze à dix-huit Rafale F4 neufs et une douzaine de Mirage 2000-5 de seconde main, même avec la formation et les services adaptés cela ne représentera jamais 3.9 milliards de dollars américains. En fait la Tentara Nasional Indonesia Angkatan Udara envisage un autre programme d’aéronef militaire n’ayant rien à voir avec la chasse. Elle demeure d’ailleurs assez nébuleuse sur la question.
Et pour avoir un début de réponse il faut s’intéresser aux médias locaux, spécialisés en défense et aéronautique en affaires économiques. Et là clairement la question devient moins obscure : l’Indonésie veut son propre AWACS afin de mieux protéger son espace aérien des risques d’incursion d’origine chinoise. Et là pas question de faire appel à Dassault Aviation puisque l’avionneur français n’a rien de tel en magasin.

Les concurrents potentiels se comptent sur les doigts d’une seule main : Embraer E-99, Gulfstream G550CAEW, Northrop-Grumman E-2D Advanced Hawkeye, et Saab GlobalEye. Reste juste à savoir si cet état asiatique aura les moyens de ses ambitions car ces quatre appareils sont des avions ultramodernes parfaitement adaptés mais assez onéreux.

Jusque-là on pensait que l’Indonésie ne voulait remplacer par des Rafale F4 que ses Sukhoi Su-27SKM Flanker et Su-30MK2 Flanker-C. Il semble désormais avéré que les dix General Dynamics F-16AM/BM Fighting Falcon de son arsenal soient également dans le collimateur des généraux de la TNI-AU.
Quid alors de la vingtaine de British Aerospace Hawk Mk 209 de chasse légère ? L’avenir nous le dira sans doute.

Il est intéressant que l’Indonésie ait fait cette révélation autour de sa provision de presque quatre milliards d’euros alors même que les premiers de ses militaires se trouvent en France pour être formés sur Rafale F4. Ça peut être beaucoup de choses, mais absolument pas une coïncidence !

Photo © Armée de l’Air et de l’Espace.

Publicité

15 COMMENTAIRES

  1. Quelle densité de commandes tout de même…. On connaît les tensions sur la fabrication de Rafales, mais j’imagine que ça doit être encore plus dur côté missiles, parce que si ça chauffe, c’est là dessus qu’on sera le plus dans le dur. L’extension du parc est de plus en plus conséquente. La question des versions ultérieures va se poser avec toujours plus d’acuité. C’est peut-être le bon moment pour lancer remote carrier et autre engins de suppression des défenses aériennes. Je ne pensais pas que l’on pourrait avoir une telle masse de Rafales vendus.

  2. Salut ARNAUD,
    Pour être précis, l’enveloppe budgétaire dégagée par l’INDONESIE, va permettre de commander ce second lot de 12 ou
    18 RAFALE, suite au 1er lot de 6 déjà commandés et actés. De fait ce nouveau lot fait partie intégrante de l’engagement indonésien du début d’année à hauteur de 42 RAFALE. Ils ne se rajoutent donc pas aux 42.
    C’est ma version, mais peut-être est-elle erronée ?

    Cordialement,

    • Salut Rafaletiger c’est là que tu te méprends. La déclaration indonésienne est très claire : les douze à dix-huit avions sont à rajouter aux quarante-deux déjà commandés. L’Indonésie se rapproche donc d’un format à soixante Rafale F4.

    • Tout à fait. En plus, déjà utilisé en Australie et en Corée. Solution assez économique car elle peut se baser sur des 737 d’occasion et pour la maintenance, il y a ce qu’il faut sur place.

  3. Dassault a déjà proposé ses services pour assurer la relève des awacs a l’armée de l’air sur la base de son flacon X, est il possible que dassault réactive ce projet avec l’Indonésie, sinon, cette dernière vient aussi de réceptionné son premier falcon militaire,

  4. Bonjour Arnaud,

    Il serait intéressant à l’occasion d’avoir un article ou mini reportage de comparaison conczrnant les différents AWACS. Un peu sur le modèle des différente armée aérienne d’Afrique.

    Cordialement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom